Ces pages sont optimisées pour MS-Internet Explorer.

"Arbre de Vie et Connaissance de Soi"

Conférence donnée par Mikhaël Aïvanhov [1900-1986]


L'arbre de Vie.

L'être humain est créé à l'image de l'arbre de Vie: Kéther est en lui, et aussi Hokmah, Binah, Hessed … avec tous leurs éléments, leurs entités, leurs activités, leurs matériaux. C'est pourquoi la véritable connaissance de soi passe par la connaissance de l'Arbre de vie. Oui, se connaître, c'est voir cette immensité que l'homme représente intérieurement, avec toutes ces régions et les liens qui existent entre elles. Car les dix séphiroth ne sont pas séparées les unes des autres, elles sont liées, et toutes une vie circule entre elles. C'est ce qui est exprimé par les vingt-deux chemins qui vont de l'une à l'autre.

Malheureusement en l'homme la dixième séphira, Malkout, la terre, s'est détachée du Ciel. C'est pourquoi il faut maintenant rétablir le lien, rétablir le nombre dix. Les dix séphiroth existent dans l'univers, elle existent les dix ensemble, mais c'est dans l'homme qu'elles n'existent pas ensemble. L'homme a coupé le lien et il ne reçoit plus les courants de vie, de lumière, de joie.

Le véritable disciple travaille donc à rétablir ce lien. C'est lui qui est Malkout, la matière compacte, condensée, et son travail consiste à se lier avec les régions qui sont au-dessus de lui, au-dedans de lui. Seulement, c'est là qu'apparaît la difficulté: à cause de la vie désordonnée, obscure, insensée, criminelle même qu'il a menée, il s'est formé lui-même un obstacle qui lui barre la route. Dans la science initiatique, on appelle cet obstacle le Gardien du Seuil; il est là dans la neuvième séphira, Iésod, il attend le postulant pour le menacer, l'effrayer sous les formes les plus hideuses, les plus terrifiantes, et si le disciple n'a pas assez de lumière et d'audace, s'il n'a pas le coeur pur, il est terrassé.

La séphira Iésod est la région de la Lune, nous l'avons vu. Celui qui n'a pas travaillé sur la lumière et la maîtrise de soi, entre là dans la région des illusions et des égarements. Mais pour celui qui s'est préparé, c'est la région de la pureté. En le traversant il va se purifier, devenir limpide, lucide et clairvoyant. C'est là qu'il prend contact avec les Anges, les Kérubim, qui sont les porteurs de la vie.

La Lune est une région à double face, elle est le réservoir de tout ce qui est pur, mais aussi de tout ce qui est impur, car elle a une face cachée où s'amassent toutes les immondices et c'est là que les magiciens noirs puisent les éléments pour leurs mauvaises actions. Et comme il arrive que la Terre et la Lune communiquent, de cette face sombre viennent des êtres épouvantables qui tourmentent et égarent les humains. Vous comprenez donc pourquoi, avant d'accéder à la Région de la Lune, il faut se préparer. Cette préparation se fait sous la conduite d'un Maître qui connaît le chemin, car il l'a déjà lui-même parcouru et expérimenté. Sans Maître on ne peut pas passer, on est arrêté à la frontière par le Gardien du Seuil. Mais quand le disciple, armé de connaissances, domine tout en lui-même: la colère, la force sexuelle … le Gardien du Seuil disparaît et lui laisse le chemin libre.

Il entre alors dans la troisième séphira, Hod, la région de Mercure, où il peut étudier toutes les disciplines de l'Ecole divine: la magie, la Kabbale, l'astrologie, la théurgie. C'est la région du savoir: toutes les sciences sont là, toutes les connaissances sont là, classées, rangées, ordonnées […]

C'est dans la séphira Netzach, que se trouvent les Elohim qui ont créé le Ciel et la Terre, comme il est dit au début de la Genèse.

Et la preuve que ce sont les Elohim, les Anges de la séphira Netzach, qui ont créé le monde, c'est que cet événement se reproduit en miniature chaque fois qu'un enfant est conçu. Pour créer un enfant, l'homme et la femme sont sous l'influence de Netzach, l'amour, et les Elohim construisent le corps de cet enfant. Même si l'homme et la femme n'en sont pas conscients, les Elohim font leur travail. Les séphiroth ne sont pas loin de nous, elles travaillent, chaque jour, dans tous les domaines de l'existence. Eh oui, regardez seulement la création d'un enfant: les Elohim sont là, on les appelle et quelques mois après apparaît un petit être devant lequel tous s'émerveillent.

Après avoir étudié dans Netzach les principes de la création et les forces qui ont travaillé à la construction de l'univers et de l'homme, il faut monter dans la séphira Tiphéret, la région du Soleil, et entrer en contact avec son esprit. L'esprit de soleil, nous ne le connaissons pas véritablement, mais si nous nous lions à lui, qui est le même que l'esprit du Christ, une émanation de Dieu Lui-même, il nous donne tout ce qu'il possède : la lumière, la chaleur, la vie, la beauté, la pureté, la santé… Et se lier au soleil, ce n'est pas s'exposer de temps en temps à ses rayons comme le font beaucoup de gens, automatiquement, machinalement … S'exposer physiquement au soleil, c'est déjà très bien, c'est entendu; mais si notre conscience, notre intelligence, notre esprit participent à cette rencontre avec lui, nous recevons bien plus que la chaleur ou la vitalité: une connaissance, une illumination […]

Lorsqu'on quitte Tiphéret, il faut avoir une grande audace pour défendre la vérité sans avoir peur de rien. Le disciple devient un combattant courageux, un soldat du Christ, un chevalier; il fait face à toutes les adversités pour aider l'humanité. Alors, les portes de la séphira suivante s'ouvrent il entre dans Gébourah, le domaine de la force de la puissance, et il devient invincible. La séphira Gébourah est active, fougueuse, dynamique, c'est du feu. Elle est la demeure des Anges exterminateurs : lorsque Dieu ordonne la destruction d'une ville, comme ce fut le cas pour Sodome ou Gomorrhe par exemple, l'anéantissement d'une civilisation ou même d'un continent, c'est aux Anges de Gébourah qu'il s'adresse pour qu'ils renversent et brûlent tout ce qui est impur.

Quand le disciple arrive à développer en lui-même la générosité, la grandeur, la noblesse, l'amour pour l'humanité, il entre dans la région de Hessed, la miséricorde. Préalablement, il a dû apprendre à dominer toutes les tendances égocentriques qui le poussent à vouloir s'imposer aux autres, les rabaisser, les évincer ou leur nuire. A ce moment-là, il constate que loin d'en être diminué, il devient plus grand, car c'est justement lorsqu'on sait s'effacer qu'on devient puissant: on découvre l'héritage de Hessed qui nous donne le pouvoir de gouverner, de régner dans l'ordre, l'harmonie, la richesse et la splendeur; elle nous transmet l'héritage de tous les Initiés, leurs découvertes les plus merveilleuses, tous les fruits de leurs travaux.

Après cette région très grandiose de Hessed, le disciple prend le chemin de la séphira Binah: l'intelligence. C'est une région terrible, implacable, où règnent les Vingt-quatre Vieillards, les Seigneurs du Karma, qui ont la connaissance absolue de toutes les destinées. Ils savent ce  que chaque être a fait, ce qu'il mérite. ce qu'il doit encore passer comme épreuves, ce qu'il doit payer pour s'acquitter de toutes ses dettes et être libre. La liberté, la liberté absolue s'acquiert uniquement dans Binah (l'équivalent du Nirvanna chez les Bouddhistes, et du turyiata, ou quatrième état chez les Hindouistes). Dans cette région est admis seulement celui que rien ne peut plus émouvoir, ni les pertes, ni les abandons, ni les douleurs, celui qui sait rester impassibles jusque dans les plus grands dépouillements. Saturne nous invite à être comme un ermite, un ascète, à pratiquer le plus total renoncement, la plus totale abnégation. Celui qui continue à se révolter contre les injustices du sort, qui croit toujours mériter mieux que ce qui lui arrive, celui-là est encore loin de Binah.

Binah, c'est la porte étroite. Celui qui passe par cette porte étroite abandonne sa peau, comme le fait le serpent qui mue, en se faufilant dans une fissure entre deux pierres rugueuses. Lorsque le destin veut renouveler quelqu'un, il le fait passer par des événements qui l'obligent à se débarasser de tous ses bagages, tout nu symboliquement. Et dès qu'il a passé la porte, il découvre tous les trésors de la sagesse universelle.

N'oubliez pas cependant que toutes ces régions sont au-dedans de nous. Nous vivons avec elles et nous travaillons en même temps sur toutes, à la fois. Maintenant, si vous voulez vous concentrer particulièrement sur l'une d'entre elles pour travailler à développer certaines vertus, c'est possible. Mais d'une façon générale, on travaille simultanément sur toutes les séphiroth, consciemment ou inconsciemment, et avec plus ou moins de succès. Ces régions sont en nous, et elles sont aussi dans le cosmos, et quant nous faisons des progrès intérieurs, les portes extérieures s'ouvrent aussi.

C'est dans Binah que les portes commencent à s'ouvrir, dans cette région sévère, implacable où règne Jéhovah. Quand on a enfin conçu clairement l'idée que les épreuves par lesquelles on passe sont nécessaires, dans notre intérêt, alors on voit Binah sous un autre aspect. On sent qu'elle est une mère. D'ailleurs la Kabbale l'appelle la Mère Cosmique. Elle est à la fois une mère sévère qui châtie et une mère pleine d'amour, car elle nous ouvre les portes. Ces portes sont au nombre de cinquante: les cinquantes portes de l'intelligence, ce sont les dix séphiroths avec leurs cinq divisions. Binah ouvre les portes de l'intelligence pour faire comprendre au disciple tout ce qui jusque-là restait mystérieux pour lui. Le disciple est passé par chaque séphira, il a développé les vertus correspondantes, mais ce n'est pas pour autant qu'il a tout compris. Quand vous avez obtenu un diplôme de physique ou de chimie, vous avez étudié un certain programme, mais cela ne veut pas dire que vous connaissez absolument toute la physique ou toute la chimie. Vous vivez sur la terre,  mais cela ne veut pas dire que vous connaissez toute la terre. Eh bien quand vous arriverez à Binah, vous connaîtrez tout le chemin que vous aurez parcouru, car elle vous ouvrira les cinquantes portes et, en particulier, la porte qui mène vers Hokmah, la sagesse.

Hokmah est la région du Christ, du Verbe. Là se trouvent les nombres et les lettres de l'alphabet sacré, avec lequel on peut faire des mots, des phrases, des poèmes, pratiquer la magie divine, la théurgie. Une tradition rapporte que c'est l'Archange de Hokmah, Raziel, qui avait transmis à Adam le livre contenant les secrets de la création, mais ce livre lui a été repris après la Chute. La Kabbale est une tentative ppour retrouver ces secrets.

Quand Saint Jean dit: "Au commencement était le verbe", c'est-à-dire le Christ, c'est de Hokmah qu'il parlait. C'est en Hokmah que l'homme devient tout-puissant, parce qu'il connaît chaque nombre, chaque lettre, chaque son, ainsi que leurs pouvoirs et les relations, les affinités, les correspondances qu'ils ont entre eux. La séphira qui libère l'homme c'est Binah; celle qui le rend omniscient et tout-puissant, c'est Hokmah, car il a compris que chaque lettre, chaque nombre est une force unique avec laquelle il peut agir.

Les langues slaves sont particulièrement significatives à ce sujet. En russe et en bulgare, par exemple , la parole se dit: slovo, et la gloire: slava. Il existe une affinité, une analogie entre la parole et la gloire, entre la gloire et le verbe. Donc, celui qui arrive jusqu'à Hokmah, qui connaît le verbe et qui le profère correctement, celui-là entre dans la gloire divine. Vous comprenez maintenant pourquoi le Christ est appelé Gloire du Père. La première Gloire, c'est le Père. La deuxième Gloire qui le reflète, c'est le Christ, son verbe.

C'est dans Hokmah que s'ouvrent les trente-deux chemins de la sagesse. Ces trente-deux chemins sont en relatation avec les trente-deux dents. C'est grâce à eux que l'Initié parvient à se nourrir en mastiquant la sagesse divine. Eh oui, pourquoi parle t-on des dents de sagesse ? …

Enfin, et à condition évidemment d'y être prédestiné, l'Initié peut atteindre la séphira suivante. La tradition rapporte que dix-huit Initiés seulement ont pu parvenir au sommet: Kéther, et revenir sur la terre. Les autres qui avaient atteint ce sommet n'ont pas pu résister à la puissance des courants de Kéther et sont morts foudroyés. Car la séphira Kéther est une région ou toutes les formes s'abolissent, c'est pourquoi celui qui arrive jusque-là disparaît. A son contact il est consumé et il devient lui-même feu. seuls sont restés les êtres qui étaient prédestinés depuis des siècles pour accomplir une mission grandiose sur la terre. On les préparait d'avance pour qu'ils atteignent la région de Kéther sans disparaître, et à ce moment-là, leur corps physique était tellement transformé qu'il n'était plus de la matière physique, mais de la lumière condensé (corps glorieux diront les théologiens chrétiens).

Kéther signifie couronne. La couronne est un objet qui est au-dessus de la tête, elle désigne donc une région subtile qui n'est plus le corps physique, la tête mais plûtot l'aura, la lumière. Pour entrer dans la région de Kéther, il faut être absolument pur, rayonnant et posséder une telle maîtrise de la matière qu'on a le pouvoir de passer à volonté de l'état de corps dense à celui de corps subtil.

Dans Kéther demeure l'ordre angélique des Séraphins. C'est eux que saint Jean décrit dans l'Apocalypse : <<Au milieu du trône et autour du trône il y a quatre êtres vivants remplis d'yeux devant et derrière. Le premier être vivant est semblable à un lion, le second être vivant est semblable à un taureau, le troisième être vivant à la face d'un homme, et le quatrième être vivant est semblable à un aigle qui vole. Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes et ils sont remplis d'yeux, tout autour et au-dedans. Ils ne cessent de dire jour et nuit : Saint, Saint, Saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est et qui vient>>. On appelle ces êtres les Hayot Ha-Kodesh, ce qui veut dire les animaux de Sainteté. Les quatres animaux saints, ce sont les racines de la matière, les quatres éléments : le lion (le feu), le taureau (la terre) ; l'homme (l'air) et l'aigle (l'eau). Les pères de l'Eglise ont connu ces symboles kabbalistiques, la tradition chrétienne en a été influencée au point de représenter chacun des quatres Evangélistes par l'un de ces quatre Animaux: saint Marc par le lion, saint Matthieu par l'homme, saint Luc par le taureau et saint Jean par l'aigle, sans doute parce qu'il a volé beaucoup plus haut que les autres. L'origine symbolique de ces quatre Animaux remonte extrêmement loin et jamais les chrétiens n'arriveront à déchiffrer l'Apocalypse s'ils ne se réfèrent pas à la Kabbale.

A la tête de la cohorte angélique des Séraphins se tient Métatron, le Prince de la Face: c'est lui qui se tient devant Dieu, le seul qui Lui parle face à face. C'est lui qui a instruit Moïse, qui lui est apparu dans le buisson ardent et sur le mont Sinaï.  De nombreux passages de la Bible rapportent les paroles - ordres, reproches ou promesses - que Dieu a adressées à Moïse, mais en réalité aucun être humain n'a jamais pu parler avec Dieu lui-même, aucun ne l'a jamais vu, car devant Dieu aucun homme ne pourrait rester vivant. Tous ceux qui ont dit avoir vu Dieu n'ont vu en réalité que ses représentants. Les représentants de Dieu, les Archanges, sont là pour servir de <<transformateurs électriques>>, pour changer le voltage. A travers les Hiérarchies angéliques l'énergie divine, cette électricité si vous voulez, cette lumière, descend pour arriver extrêmement atténuée jusqu'aux humains.

Il est impossible, contrairement à ce que croient certains, de s'adresser directement à Dieu: il faut passer par une hiérarchie. Ceux qui n'acceptent aucun intermédiaire entre eux et le Seigneur ignorent la réalité des choses. Qu'ils reconnaissent ou non cette hiérarchie, elle existe, et il doivent apprendre une bonne fois pour toutes que les choses ne sont pas forcément telles qu'ils se les imaginent. Sans cette hiérarchie entre l'homme et Dieu, aucun être humain ne serait plus en vie.

Pour toucher la séphira Kéther, il faut avoir atteint un tel degré d'évolution que très peu d'êtres y sont parvenus, et même parmi ceux qui y sont parvenus, je vous l'ai dit, la plupart n'ont pas pu redescendre dans leur corps physique. Car les forces, les courants qui circulent dans Kéther sont tellement puissants que la matière est pulvérisée. Pour revenir de Kéther à la région la plus matérielle de Malkout où nous nous trouvons, il faut l'aide des deux séphiroth Hokmah et Binah qui donnent à l'Initié une particule grâce à laquelle il ne sera pas désagrégé. Si saint Jean n'a pas disparu au cours des contemplations qu'il a décrites dans l'Apocalypse, c'est qu'il  a reçu cette particule. Vous vous souvenez, il dit qu'on lui a fait avaler un livre. Ce livre justement est le symbole de cet élément qui devait lui permettre de supporter les vibrations tellement puissantes émises par la séphira Kéther. Réshit Ha-Galgalim signifie <<les premiers tourbillons, c'est-à-dire les nébuleuses en formation. C'est le cosmos en train  de naître, le cosmos à l'état éthérique, avant qu'il ne soit encore concrétisé, matérialisé. C'est de là que viennent les projets de Dieu, ses plans, ses impulsions. C'est là qu'est la Source, et la Source en coulant a débordé et a rempli les réservoirs … Les kabbalistes appellent les séphiroth <<les émanations>>, parce qu'elles sont toutes nées de la Source: Kéther. Mais à chaque débordement la matière devenait plus dense et Malkout représente l'état le plus condensé de la quintessence divine.

Chaque séphira procéde donc de la précédente par émanation, c'et pourquoi la tradition rapporte que la Lune est la mère de la terre. Même si les astronomes ne sont pas d'accord sur ce point, kabbalistiquement, c'est vrai, car c'est Iésod qui a émané Malkout, et Malkout, c'est déjà notre terre. Alors, vous voyez, on ne sait pas ce qu'est la terre … Quand vous tenez un peu de terre dans votre main, vous possédez quelque chose de la quintessence même de Kéther. La terre est terne, pesante, oui, mais la quintessence de Kéther est contenue en elle. Si on arrive à la faire retourner à l'état subtil, on verra que la terre est aussi pure, aussi lumineuse que la matière de Kéther.

L'arbre de Vie, c'est tout un monde parfaitement organisé, un ensemble dont tous les éléments sont liés par une entente extraordinaire comme dans l'organisme humain en bonne santé. Et c'est aussi un état de conscience supérieur. Celui qui mange des fruits de cet Arbre vivra éternellement, c'est-à-dire qu'il sera spirituellement immortel. Pourquoi ? Parce que tout est lié dans cet Arbre, chaque région fait déborder sa richesse sur les autres, et sans arrêt l'énergie divine monte et descend, les traverse toutes.

Bien sûr, il est dit dans la Bible que Dieu, après avoir chassé Adam et Eve du Paradis terrestre, a placé un Ange armé d'une épée flamboyante pour interdire l'accès à l'Arbre de Vie. Oui, il est interdit, mais pour qui? Pour les créatures qui ne veulent pas servir Dieu, qui refusent de lui obéir et qui veulent s'emparer de ses richesses par la violence, pas pour le disciple…

Retour page d'accueil

Cette page a été visitée 2225 fois depuis le 31 juillet 2005.