Ces pages sont optimisées pour MS-Internet Explorer.

WHAHAHA OUHAHAR OUOU RHAHAH ...

hruler01.gif (13943 octets)

L'hilarothérapie

par Axel Galinier

Si les bienfaits du rire ne sont plus à démontrer aujourd'hui, encore faut-il pouvoir rire... en 1939, les gens riaient en moyenne 19 minutes par jour, pour 6 minutes seulement en 1982 ! Et à peine plus de 4 minutes en 1990... Le monde est-il triste ? Pas vraiment. C'est plutôt un effet de mode qui s'est installé dans nos habitudes, et la psychologie freudienne n'y est pas pour rien...

 Quand la science des profondeurs de l'inconscient s'est développée, elle a provoquée un réflexe naturel de protection et de méfiance : s'il était désormais possible de lire aussi facilement dans nos "jardins secrets", il devenait indispensable de se protéger en cachant mieux ses émotions, pour ne pas être à la merci des interprétations, des actes manqués ou autres "scalpels" de la psychologie moderne...

Ainsi s'est installé un ensemble de comportements d'uniformisation et d'apparences : se méfier du naturel, abolir les larmes et cacher le rire... Ce beau rire, qui était "l'acte de communication" par excellence, est devenu suspect, gênant, excentrique, voire obscène : il ne fallait plus montrer ni ses dents ni sa langue, ni sa bouche, de crainte de livrer trop de choses de son "intériorité"...

Mais aujourd'hui l'effet s'inverse enfin !... Joie de retrouver le rire, la santé et le naturel ! Comme toutes nos fonctions, le rire se rééduque, et c'est là un formidable espoir pour tous. Si les histoires drôles ne vous font plus rire, ce n'est pas parce que vous ne savez plus rire, c'est simplement qu'il vous faut retrouver l'usage du rire, et du lâcher prise.

Pour cela, passez par le rire organique. C'est un rire fonctionnel que l'on déclenche indépendamment de toute situation comique. Et lorsque votre corps a retrouvé l'usage du rire, alors chaque jour devient prétexte à rire toujours plus...

Conditions du rire organique

Certaines conditions doivent être réunies pour amener ce rire réflexe, musculaire, nerveux et respiratoire.

A. Le groupe
L'hilarothérapie, ou thérapie par le rire, se pratique toujours en groupe. La fonction du rire est, à l'origine, une fonction sociale: c'est par la puissance énergétique du groupe que va se déclencher le rire organique, mais aussi et surtout c'est par le groupe qu'il va s'entretenir et rouler comme une vague déferlante.

B. L'énergie
Le rire est un acte pleinement énergétique. S'il a effectivement le pouvoir extraordinaire de reconstituer le "stock énergétique", il a aussi besoin, au départ, d'une certaine vitalité de base. Si celle-ci est,défaillante chez l'individu, on compensera par l'énergie du groupe. C'est pourquoi il est indispensable que les participants se tiennent, par la main, de façon à faire circuler l'énergie de chacun au profit de tous.

C. La respiration
C'est par elle que tout arrive... et c'est aussi par elle que tout se termine. Elle est la source de tous les bienfaits, quand on apprend à la développer. Le rire a besoin de ce carburant que représente la respiration : il s'en nourrit. La séance d'hilarothérapie est basée sur une technique particulière de respiration. Le rire enrichit les échanges dans le corps en accroissant le volume de la respiration. L'air inspiré en quantité contribue à l'état euphorisant que provoque une crise de rire.

Pratique

Les participants sont allongés sur le sol, en cercle, la tête orientée vers le centre, comme les pétales d'une même fleur. Les yeux sont fermés. Tout le monde est calme et détendu.

1. Relaxation
La séance commence par quelques respirations abdominales. La conscience du ventre et du diaphragme est fondamentale dans le rire : c'est là le siège de l'hilarité, mais aussi des émotions. Puis on va détendre les muscles du visage par quelques exercices : bouche ouverte, yeux fermés et crispés, grimaces, étirement des muscles des lèvres, des joues et du cou. Relâchement. Respiration calme et régulière. Conscience de la respiration. On imagine une scène drôle, ou bien on revoit un souvenir amusant, de façon à se mettre dans. de bonnes dispositions. Enfin, chacun saisit les mains de ses voisins (circulation énergétique et magnétique).

2. Respiration
On commence par une respiration très profonde de tout le tronc (ventre, poitrine, épaules) et, en expirant fortement par la bouche, on laisse échapper un son d'aise "ah !" tout au long de l'expiration. On recommence et cette fois-ci on laisse échapper deux sons à l'expiration : "ah ah !", tout au long de l'expiration. Puis une troisième fois avec des sons successifs. Et ainsi de suite jusqu'à obtenir une succession de sons détachés qui ressemblent au rire. Le rire se déclenche alors assez vite.

3. Rire
Les premiers participants vont entraîner les autres par leur propre rire. Il suffit de laisser les choses se faire et le rire circule en vagues ou en cascades. Personne ne doit rompre la chaîne des mains. Le guide peut éventuellement relancer le rire, s'il faiblit, par une remarque du genre "C'est encore plus drôle que cela !" La séance de rire doit durer environ dix à quinze minutes.

4. Retour au calme
On fait prendre quelques respirations plus lentes aux, participants en leur suggérant de se détendre. Ils doivent alors relâcher les mains de leurs voisins. Reprise de vent encore apparaître. Ne pas intervenir autrement qu'en suggérant le calme, la détente et le bien-être, d'une voix très douce et basse. Lorsque le groupe retrouve son calme, faire travailler la détente de tous les muscles du ventre et de la poitrine, de la nuque et de la tête. Faire prendre conscience de la sensation profonde d'une douce vibration dans tout le corps.

5. Visualisation
La séance se termine par la visualisation d'un paysage agréable (un souvenir de vacances par exemple). Proposer de façon impersonnelle la création de cette image agréable et d'une promenade où la personne doit se voir en situation. Insister sur les détails de couleurs, lumière, sons, odeurs, puis sensations (fraîcheur, chaleur, air, eau, etc.), enfin sur les émotions : joie, bonheur, plénitude, plaisir. Vivre cet instant "ici et maintenant".

6. Reprise
La reprise peut se faire sur une musique douce et agréable (cassette de relaxation de qualité). Après quelques respirations, bouger les pieds et les mains, les bras, les jambes. S'étirer profondément, bâiller, mâcher, masser et frotter son visage et son corps avec les mains. Se mettre sur le côté, blotti en récupération, avant d'ouvrir les yeux. Terminer par une verbalisation (échange sur le vécu de la séance soit avec le groupe tout entier, soit en petits groupes si nécessaire).

hruler01.gif (13943 octets)

La méditation par le rire
ou la force curative et transformatrice du rire
par le docteur Dhyan Sutorius

 

Le rire est un phénomène très particulier, dont la valeur thérapeutique et l'incroyable force curative sont malheureusement encore sous-estimées.

C'est en 1976 que j'ai appris la méditation par le rire de Bhagwan Shree Rajneesh, maintenant connu sous le nom de Osho. Depuis 1978, je dirige cette méditation à l'occasion de congrès destinés à des médecins et des psychologues, avec parfois plus de sept cents participants.

La méditation par le rire est un exercice structuré de quinze minutes, avec trois stades de cinq minutes chacun :

  1. étirement de tous les muscles (stretching),
  2. rire ( et / ou pleurs),
  3. silence.

En fait, la méditation, par le rire n'est pas seulement une thérapie. C'est un exercice de méditation qui peut être fait par tout le monde, car il a des effets très positifs sur la santé. Les muscles du rire sont en général plutôt rigides: Si l'on rit plus souvent, ils s'assouplissent. Après quelques jours d'exercice, rire devient de plus en plus facile.

Instructions
La méditation par le rire est un exercice matinal, mais peut se faire également plus tard dans la journée, par exemple avant le déjeuner ou le dîner. Il est important que la vessie et l'estomac soient vides. Vous pouvez la faire tout seul, ou face à vous-même devant le miroir, ou avec un groupe de participants.
1. Premier stade
Stretching : étirez vos muscles avec énergie et, si possible, commencez à bâiller. La dernière minute de ce stade est utilisée pour étirer les muscles du visage, faire des grimaces - sans rire ! - et tirer les doigts vers l'arrière en même temps.
2. Deuxième stade
Rire et / ou pleurs : avec la gorge détendue, vous commencez à rire lentement, jusqu'à ce que vous riiez avec tout votre être. Concentrez-vous sur ce qui est maintenant, ce que vous resentez maintenant, et riez avec cela. Il s'agit de se relier à cette partie de vous qui est allégresse et rire
3. Troisième stade
Silence : après avoir ri pendant cinq minutes, vous vous arrêtez brusquement et, sans faire de bruit, vous respirez avec le ventre, calmement. Les yeux fermés, vous vous concentrez entièrement sur la respiration dans le ventre et sur ce que vous ressentez à ce moment précis. Quoi que vous ressentiez, vous l'acceptez. Même si vous sentez en vous un énorme "non", dites "oui" à ce "non". A chaque fois que vous vous rendez compte que vous pensez, dites "au revoir" à la pensée et ramenez toute votre conscience à votre ventre, à ce que vous ressentez à ce moment précis et acceptez-le.

Quelques remarques
Mieux vaut rire avec quelqu'un ou quelque chose, que rire de quelqu'un ou quelque chose, en vous plaçant vous-même sur un piédestal. Rire de quelqu'un ou de quelque chose est une moquerie sans amour. Par contre, rire avec quelqu'un nous procure un sentiment de chaleur et d'acceptation.

Permettez-vous de rire sans raison. Vous pouvez aussi utiliser tous les prétextes pour rire. Si vous avez besoin d'une raison pour rire, je vous recommande de faire une liste de vos problèmes favoris. Le problème qui vous pèse le plus est votre problème numéro un. En riant avec lui, vous le considérez tout à coup sous un autre angle, vous le voyez en perspective et vous ressentez très clairement dans votre ventre : "Eh bien, finalement ce n'est pas si grave que cela !"

Il est possible que, pendant le deuxième stade, le rire se transforme tout à coup en pleurs. Des larmes avalées autrefois peuvent alors sortir. Si tel est le cas, il faut pleurer avec tout votre être, et avec joie, jusqu'à ce que vous ayez fini de pleurer. Alors vous recommencez à rire activement. Ces passages du rire aux pleurs et vice-versa se feront de plus en plus facilement. Vous n'êtes pas obligé de pleurer, vous pouvez rire pendant les cinq minutes du deuxième stade. Mais si vous ne voulez pas pleurer, il ne faut pas participer à une méditation par le rire. A ce sujet, Osho a dit : "Si vous pouvez pleurer avec votre être tout entier et vous y dissoudre, un rire d'une qualité totalement différente surgira en vous-même. Découvrez cela, c'est magnifique !"

Ne rien forcer, dans le deuxième stade : seulement rire et / ou pleurer. Ne pas crier, ne pas hurler. Il ne faut pas que cela vienne de la gorge, mais du ventre. Allegro ma non troppo ! Si toutefois vous éprouvez un autre sentiment, utilisez l'énergie de ce sentiment pour rire ou pleurer avec lui. L'important est avant tout de vous laisser aller à ce qui se passe dans le moment présent, de vous concentrer sans arrêt là-dessus et de l'accepter.

Les principales différences entre le rire qui survient à l'improviste et le rire structuré de la méditation par le rire sont justement, d'une part, le début - commencer à rire sans raison -, et d'autre part le dernier stade : la respiration calme par le ventre pendant cinq minutes.

Le rire procure un nettoyage profond à l'intérieur de soi. Il vous ramène très rapidement à l'ici et maintenant. Vous plongez de l'enfer de votre tête vers le paradis de votre ventre. Le rire est un événement total, chaque cellule du corps vibre et se décontracte profondément. "Si vous riez avec tout votre corps jusqu'au plus profond de votre être, toutes les parties de celui-ci - corps physique, corps psychologique, corps spirituel - vibrent sur la même longueur d'onde et vibrent en harmonie !" (Osho)

Réactions
Quelques réactions de participants après une méditation par le rire
- détente profonde,
- soulagement,
- sentiment de paix,
- impression d'être déchargé de toute tension,
- douleur moins forte (ou disparue),
- "je sens mes larmes",
- "je me sens comme si j'avais pris une douche à l'intérieur de moi-même",
- sentiment d'acceptation :
    un grand "oui !" au présent
    un grand "oui !" à ce que j'ai maintenant
    un grand "oui !" à ce que je suis !

Diverses façons d'utiliser cette méditation par le rire

Suggestions

hruler01.gif (13943 octets)

Un sourire

Auteur inconnu

Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup
Il enrichit ceux qui le reçoivent
Sans appauvrir ceux qui le donnent
Il ne dure qu'un instant
Mais son souvenir est parfois éternel
Personne n'est assez riche pour s'en passer
Personne n'est assez pauvre pour ne pas le mériter
Il crée le bonheur au foyer
Il est le signe sensible de l'amitié
Un sourire donne du repos à l'être fatigué
Rend du courage au plus découragé
Il ne peut ni s'acheter, ni se prêter, ni se voler
Car c'est une chose qui n'a de valeur
Qu'à partir du moment où il se donne
Et si quelquefois vous rencontrez une personne
Qui ne sait plus avoir le sourire
Soyez généreux, donnez-lui le vôtre
Car nul n'a autant besoin d'un sourire
Que celui qui ne peut en donner aux autres.

Et pour terminer une petit sketch, d'abord pour montrer les difficultés de la communication en informatique mais surtout pour déclencher le rire sain et réparateur !

Ce que demande le client       Ce que prévoit le contrat             Ce que l'analyste a prévu  
rire.gif (40'360 octets)
Ce que le programmeur a écrit     Ce que la mise au point a fait             Ce qu'il fallait !        

 hruler01.gif (13943 octets)

Retour page d'accueil

Cette page a été visitée 5577 fois depuis le 24 Juin 1999.