Ces pages sont optimisées pour MS-Internet Explorer.

genese_php.gif (15535 octets)

Index des chapitres: Tableau résumé | Les évolutions de la Terre | Les époques de la Terre |
Les ères géologiques  | L'âme humaine | La «chute» | Remarques |

 

AVANT-PROPOS

La traduction de la première phrase de la bible "Beréschit bara Elohim ét haschamaïm veét haarètz" par "Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre" n'est pas du tout fidèle à la version originale ni sur le fond ni sur la forme. La raison est que les mots de l'ancien hébreux ont des sonorités qui évoquent dans l'âme et dans le coeur des images puissantes qui sont quasiment intraduisibles quelque soit la langue actuellement en cours.  Une imprécision de taille est le mot Elohim traduit par Dieu alors que c'est un pluriel en hébreux. D’ailleurs quelques versets plus loin, on lit "Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance" (Gen. 1-26) signifiant par-là que Dieu est plus qu’une entité. Certains éxégètes interprètent ce pluriel par la Trinité mais ce n'est pas exact. En vérité, comme l’affirme haut et fort toutes les religions monothéistes, il n’y a qu’un seul Dieu, seulement, Il est secondé par toute une hiérarchie spirituelle, rappelant un peu l’armée, et ce sont les membres de cette hiérarchie qui exécutent la volonté divine chacun selon leur talent. Bien entendu, du point du vue humain, Moïse inclus, les Elohim sont aussi des dieux mais il est grand temps de rendre à César ce qui est à César et de bien discerner entre les dieux réalisateurs et le Dieu Concepteur.

La seconde chose qu’il faut bien comprendre, c’est que tout ce que nous voyons, tout ce qui nous entoure, nous, les hommes y compris, ont une origine spirituelle. Les Cieux et la Terre traduction de haschamaïm et haarètz n'ont aucune relation avec ce que nous voyons maintenant par nos yeux physiques. A noter que le fameux big-bang des astro-physiciens n’est qu’une version matérialiste (normale à notre époque) et athée d’une réalité qui dépasse les connaissances scientifiques actuelles. Seul l’Initié peut nous expliquer en s’aidant des " Annales Akashiques ", la mémoire de l’Univers, ce qui s’est passé il y a des milliards d’années.

Le troisième point qui prête largement à confusion est le terme "Au commencement";  l'idée qu'avant la création du "ciel" et de la "terre", il n'y avait rien, est très relative. Il n'y a pas que notre monde physique, il y a aussi des mondes spirituels. Ce qui est raconté dans la Bible est la création de notre système solaire mais pas celle de l'Univers. Avec l'état de nos téléscopes actuels, on compte plus de 2000 milliards de galaxies. Et plus on améliore ces téléscopes plus on découvre de nouvelles galaxies. Il faut noter qu'Uranus et Neptune n'appartiennent à notre système solaire que du point de vue de l'astronomie: en réalité ils sont des "corps" venus de l'extérieur qui se sont rattachés à notre système planétaire. L'idée que l'Univers va durer éternellement est erronée car le temps tel que nous le voyons passer est une illusion. Et si le temps est une illusion, l'espace est aussi une illusion. Du coup l'Univers tel que nous l'imaginons maintenant, va bel et bien disparaître une fois sa mission accomplie.

Pour comprendre ce qui va suivre voici d'abord  un résumé des étapes de la création de notre système solaire jusqu'à notre époque actuelle et même au-delà:

A)

Ancien Saturne

B)

Ancien Soleil (1er "jour biblique")

C)

Ancienne Lune

D)

Terre

I.

Epoque polaire (1ère période terrestre)
Répétition de A)  [corps physique]

II.

Epoque hyperboréenne (2ème période)
Répétition de B) [corps éthérique]

III.

Epoque lémurienne (3ème période, 6ième "jour biblique")
Répétition de C) [corps astral]
A la fin de cette époque commence la "Chute" à cause de la séduction luciférienne
(Le serpent dans la Bible)

IV.

Epoque atlantéenne (4ème période)
1) Répétition époque polaire
2) Répétition époque hyperboréenne
3) Répétition époque lémurienne
4) Nouvelle impulsion: la Terre
5)
6)
7)

V.

Notre époque = époque post-atlantéenne (1 époque ~ 2160ans)
1) civilisation ancienne Inde (-7227 à -5067): répétition de I
2) civilisation ancienne Perse (-5067 à -2907): répétition de II
3) civilisation ancienne Egypte (-2907 à -747): répétition de III
4) civilisation gréco-latine (-747 à +1413): répétition de IV
5) civilisation actuelle (+1413 à +3573): développement de l'intellect
6) civilisation à venir (+3573 à +5733): Amplification du sens moral (ressenti)
7) civilisation à venir (+5733 à +7893): Amplification actes morales

Une loi fondamentale de toute évolution veut qu'à chaque nouvelle étape, les étapes précédentes, modifiées et enrichies par le nouvel acquis, soient tout d'abord parcourues dans une sorte de répétition. Cette loi bien connue en biologie [loi biogénétique de Haeckel] est la base des réincarnations successives. 

Notation : m.a. = 1 million d’années ; M.A. = 1 milliard d’années

 

L'ÉVOLUTION DE LA TERRE SELON LA SCIENCE DE L’ESPRIT
(" vu " et commenté par Pierre Lassalle)

La Terre et notre système solaire ne sont pas apparus comme une nébuleuse gazeuse qui se serait rapidement solidifiée pour donner notre système solaire actuel. En réalité il y a eu de nombreuses étapes lors de la création de notre système solaire.

Le premier état de notre système solaire - et de notre Terre - s'appelle, dans la science initiatique, " ancien saturne" car il se constitue d'une gigantesque boule de chaleur ayant la taille de l'orbite de Saturne. Notez que cette "création" se déroule dans le monde éthérique, donc invisible à l’œil physique. Cet état de " l'ancien saturne " dure une mesure cosmique de 4,32 milliards d'années. Cette boule de chaleur ne se constitue que de l'élément Feu. Le germe primordial du corps physique de l'être s'y trouve. Lorsque cette expérience cosmique touche à sa fin, notre système solaire entre dans une phase d'intégration et de retrait dans le monde spirituel... appelée " nuit cosmique" qui dure également une mesure de 4,32 milliards d'années (il faut faire le parallèle entre un trou noir de la galaxie (visible) et une nuit cosmique (invisible)).
Le deuxième état de notre système solaire et de notre Terre s'appelle, dans la science initiatique, " ancien soleil ", car durant cette phase, le proto-Soleil s'allume: " Que la Lumière soit! Et la Lumière fut! ". Cet " ancien soleil " possède la taille de l'orbite de Jupiter. Il dure deux mesures cosmiques, soit 8,64 milliards d'années: à la première, il récapitule "l'ancien saturne " et à la deuxième, il révèle le deuxième élément qui s'ajoute au Feu: l'Air. Sur " l'ancien soleil ", les germes du règne animal et du corps éthérique de l'être humain sont fabriqués. Puis, arrive une nouvelle "nuit cosmique " d'une mesure... une nouvelle réintégration dans le monde spirituel.
Le troisième état de notre système solaire et de la Terre s'appelle, dans la science initiatique, " ancienne lune ", car l'élément Eau et les germes du futur corps astral de l'être humain et du végétal s'y ajoutent. Une troisième fois, la " création " émerge du monde spirituel dans le monde éthérique. Ce globe de "l'ancienne lune" prend la taille de l'orbite de Mars.Il dure trois mesures cosmiques, soit 12,96 milliards d'années. à la première mesure, il récapitule "l'ancien saturne"; à la deuxième mesure, c'est "l'ancien soleil " puis, s’ajoutent les aspects spécifiques à " l’ancienne lune " durant la troisième mesure cosmique. Arrive alors une nouvelle " nuit cosmique".
Le quatrième état de notre système solaire et de la Terre s'appelle, dans la science initiatique, "la terre", car sur ce globe, on ajoute le quatrième élément "terre" et le quatrième règne, le minéral. Lorsque le système solaire et la Terre "renaissent" pour la quatrième fois, il s'est déjà écoulé neuf mesures cosmiques (une sur " l'ancien saturne ", deux sur " l'ancien soleil " et trois sur " l'ancienne lune ", plus les trois " nuits cosmiques ") soit un total de 4,32 X 9 = 38,88 milliards d'années depuis la création de notre système solaire.

Voyons tout d'abord les grandes lignes de ce qui s'est passé avec ce quatrième état

Au début de ce quatrième état, le globe terrestre possède la taille du Soleil en émergeant du monde spirituel dans le monde éthérique, puis il diminue jusqu'à prendre la taille que l'on connaît à la Terre aujourd'hui.

lorsque la Terre se solidifie et se minéralise, elle
devient visible pour la première fois depuis le
début de ce processus de création.

En effet, une planète ou un individu ne peut être visible que grâce au minéral qu'il contient. L'être humain peut voir seulement ce qui est minéralisé, c'est-à-dire l'élément terre qu'il contient (pour la science initiatique). Ainsi, les animaux et les végétaux, comme les humains, se montrent visibles parce qu'ils disposent d'un corps minéral. Au moment où la Terre commence à se minéraliser, l'âge de notre système solaire atteint déjà près de 52 milliards d'années!

Sur la Terre, l’être humain va développer ses corps physique (héritage de " l’ancien saturne "), éthérique (héritage de " l'ancien soleil "), astral (héritage de " l'ancienne lune ") et il va acquérir un quatrième corps, l'apport de la Terre, le Je.

genese.gif (18126 octets)

LES ÉPOQUES DE LA TERRE

Revenons au moment où la Terre et le futur système solaire actuel émergent de la dernière " nuit cosmique ", au début du quatrième état, soit il y a environ 17 milliards d'années. Une Terre-Soleil sort du monde spirituel et passe dans le monde éthérique.

1) L'Epoque polaire (de 17 à 13 M.A.)

Cet état de récapitulation de " l'ancien saturne " s'appelle l'époque Polaire dans la science initiatique. Que pouvez-vous voir? Tout d'abord rien, car n'oubliez pas que la future Terre récapitule le premier état de " l'ancien saturne " et quelle est toujours invisible... éthérique. Mais, admettons que vous soyez clairvoyant. Fermez les yeux, intériorisez-vous et laissez-vous guider. Vous percevez un immense globe de chaleur une Terre-Soleil, dans lequel existe à l'état latent tout ce qui existera beaucoup plus tard sur terre. Bien évidemment, il ne faudrait pas imaginer que cela se trouve sous la même forme qu'aujourd'hui. Puis, représentez-vous des êtres spirituels gigantesques qui s'occupent de ce globe. La Bible appelle ces entités spirituelles créatrices, les Elohim. Ce sont des  "Puissances" ou "Exousiaï" dans la hiérarchie spirituelle  et ils sont au nombre de sept. Ensuite, le globe se condense un peu et il s'y adjoint l'air. Nous entrons alors dans l'époque suivante.

2) L'époque hyperboréenne (de 13 à 8.5 M.A.)

On situera le début de cette époque il y a 13 milliards d'années. Elle correspond à la récapitulation de "l'ancien soleil ".

Pendant cette époque, les Elohim s'intériorisent, se mettent en méditation et imaginent une évolution du globe de chaleur-air ou Terre-Soleil. Ils forment deux pensées distinctes en eux. Et c'est à ce travail méditatif que fait référence la première phrase de la Bible "Au commencement, les dieux créèrent le ciel et la terre". Petit à petit, le globe Terre-Soleil se sépare: la Terre commence à s'extraire du Soleil. Vous pouvez imaginer la Terre sortie du Soleil, mais en y restant encore attachée.
En renforçant leur méditation et en précisant leurs pensées créatrices, les Elohim amènent le globe primitif à se scinder en deux: d'un côté la Terre originelle et de l'autre, le Soleil. C'est le départ du Soleil. 
Voyez ce spectacle: une gigantesque boule de feu et d'air qui se sépare en deux. Le Soleil primitif qui contenait la Terre en son sein se sépare d'elle et s'éloigne dans le cosmos; puis, la Terre se met à tourner autour du Soleil.
Avec le Soleil, sont parties les entités spirituelles les plus évoluées qui auraient été retardées en restant sur la Terre. Les autres entités sont restées sur la Terre qui va recevoir maintenant l'énergie solaire depuis l'extérieur. Cela va permettre à la Terre d'évoluer plus lentement. En effet, le Soleil représente l'impulsion spirituelle. Si le Soleil restait uni à la Terre, l'évolution serait beaucoup plus rapide et les humains ne pourraient la supporter.
"Les Elohim créent le ciel et la terre", c'est-à-dire qu'ils aident le processus de séparation entre le Soleil et la Terre. Ceci se passe vers le milieu de l'époque hyperboréenne, il y a environ onze milliards d'années. Je vous rappelle que la Terre n'est toujours pas visible, mais seulement éthérique et que vous assistez à tout cela uniquement parce que vous êtes devenus clairvoyant!
Nous avons donc le Soleil d'un côté et la Terre de l’autre. Cette dernière contient la future Lune en son sein. Et le troisième élément, l'Eau s'adjoint au Feu et à l'Air, et nous passons à l'époque suivante.

3) L'époque lémurienne (de 8.64 M.A. à 65 m.a.)

La première moitié de cette époque lémurienne va récapituler l'état de " l'ancienne lune " de 8,64 à 4,32 milliards environ.

Le début de l'époque lémurienne correspond donc à une récapitulation de "l'ancienne lune ". La Terre, toujours invisible, tourne autour du Soleil. Les autres planètes du système solaire s'avèrent en cours de formation. à cette époque lointaine (huit milliards d'années), la Terre contenant la future Lune se constitue d'une masse liquide intérieure et d'une masse atmosphérique de gaz enflammé. Elle ne contient que trois éléments: feu, air et eau. Le protohumain dispose d'un "embryon " de corps physique non encore densifié, d'un corps éthérique et d'un corps astral. Donc un être fait de matière subtile appartenant encore totalement au monde spirituel se déplace dans l'atmosphère d'air et de feu de cet ancêtre de la Terre. L'être humain n'évolue pas sur la Terre, mais dans l'atmosphère. Il ne s'incarne pas encore. Je vous rappelle que tout cela est invisible.
Puis, la Terre entre dans la deuxième moitié de l'époque lémurienne... celle où elle va devenir visible. En effet, il y a environ 4,32 milliards d'années, la Terre commence à se minéraliser. Elle devient donc visible. Pour cela, il faut qu'un quatrième élément s'ajoute: la Terre, le solide, le minéral. Mais il ne faut pas oublier que lorsque la Terre minérale est apparue, elle était déjà âgée de 52 milliards d'années!
La Terre commence à se minéraliser. Il ne faudrait pas se représenter la Terre comme elle est aujourd'hui. Les éléments ne possédaient pas la même texture qu'aujourd'hui. L'air se révélait beaucoup plus dense et l'eau beaucoup plus fluide. De plus, l'atmosphère de la Terre n'était pas comme celle d'aujourd'hui. En ces temps antiques de la Terre physique, régnait une atmosphère de feu.
Le proto-humain nage dans cet air de feu. Il ne marche pas sur le sol, mais se déplace dans l'atmosphère. On peut dire qu'il nage dans l'atmosphère ou, si vous préférez, qu'il vole. Ce proto-humain se veut une sorte de poisson-oiseau et l'atmosphère dans laquelle il évolue appartient encore au monde spirituel. Il faut comprendre que toute l'évolution de la Terre invisible se situe dans le monde éthérique ou élémentaire, alors que l'évolution de l'être humain se passe dans les mondes spirituels, mental, puis astral et éthérique.
Lorsque la Terre commence sa minéralisation, elle récapitule l’époque polaire qui correspond, pour les géologues, à l’Archéozoïque (de 4320 à 570 millions d’années), puis l’époque hyperboréenne qui correspond au Paléozoïque ou ère primaire ( de 570 a 230 millions d’années).

 

LES ÈRES GÉOLOGIQUES

Nous en arrivons aux ères géologiques que je vous propose d'associer aux époques de la science initiatique

a) Epoque lémurienne ou minérale (récapitulation Polaire) = ère Archéozoïque ou précambrienne: de 4320 à 570 millions d'années.

La Terre se minéralise et devient visible. Même si on assiste au début du règne minéral, on ne peut pas encore trouver des roches comme aujourd'hui, car tout est encore en fusion. Le feu est toujours à la surface de la terre et l'atmosphère se veut toujours un air de feu. Un long processus se met en route.

Je vous rappelle que l'être humain s'avère déjà présent dans cette évolution. Il reste même là depuis le début. Le germe du futur être humain a été créé sur "l'ancien saturne ", alors que celui de l'animal l'a été sur " l'ancien soleil " et celui de la plante seulement sur " l'ancienne lune ". Enfin, le minéral n'apparaît que sur la Terre.

En revanche, le plus évolué doit se densifier en dernier; " les derniers seront les premiers ". Comprenez bien une loi spirituelle:

la densification fige l'évolution.

Or, les entités spirituelles créatrices souhaitaient que l'être humain ne soit pas arrêté dans son évolution par son incarnation dans la matière dense. Cette incarnation représentait déjà un défi (rappelons qu'aucune entité spirituelle ne s'incarne), il ne fallait pas qu'elle devienne une impossibilité.

Pour résoudre ce problème, l'être humain devait attendre le plus tard possible avant de descendre dans la matière dense. Il devait se densifier le plus tard possible afin de rester malléable et perfectible le plus longtemps possible. Les autres règnes de la Nature y compris l'animal, participant à cette création universelle devaient donc se densifier avant l'Homme. Ainsi, tous les animaux sont descendus dans la matière dense avant l'Homme pour préparer le terrain.

Le règne minéral, arrivé pourtant le dernier, se densifia le premier durant cette première époque lémurienne; voilà pourquoi je l'appelle également époque minérale. A cette époque, les premiers végétaux ainsi que les premières formes de la vie animale font leur apparition; les invertébrés, il y a 800 millions d'années.

Concernant le rapport entre l’être humain et l'animal, il faut préciser quelque chose de capital: chaque catégorie d'animaux descendue dans la matière dense avant l'Homme représente un stade de l'évolution de celui-ci. Suivez-moi bien. Avant d'avoir la forme physique qu'il a aujourd'hui, l'être humain est passé par une multitude de formes incluant toutes sortes de perfectionnements, résultat d'une fantastique aventure qui l'a fait descendre des mondes spirituels jusque sur le sol terrestre. Ma théorie de l'évolution de l'Homme et de l'animal est donc la suivante (elle est basée sur la science spirituelle).

chaque forme animale témoigne d'une étape de l'évolution humaine

Ainsi, l'être humain est passé par toutes les étapes représentées par les diverses espèces animales qui se sont incarnées avant lui au fil des centaines de millions d'années de l'histoire terrestre. Seulement, l'être humain est resté dans le monde spirituel jusqu’au dernier moment .Toutes les espèces animales sont descendues dans la matière, mais lui, restait dans le monde spirituel avec un corps "plastique" ou éthérique et malléable. L'animal témoigne de toutes les étapes par lesquelles l'être humain est passé et qu'il a réussi à transcender. Lorsque l’Homme a vécu l'étape " invertébré", (les invertébrés sont apparus sur la Terre il y a 800 millions d'années), il est resté dans le monde spirituel avec l'aspect d'un invertébré.
Ensuite, l'être humain a vécu l'étape " poisson ", et les poissons sont apparus sur la Terre il y a 480 millions d'années mais notre ancêtre est resté dans le monde spirituel nageant dans l'atmosphère d'air de feu, sous la forme d’un poisson. La forme "poisson" témoigne de l'époque hyperboréenne lorsque le Soleil se trouvait encore uni à la Terre. Pourquoi cela? Pourquoi l'animal devait- il se sacrifier ?

Une loi spirituelle dit ceci: l'inférieur doit toujours se sacrifier pour permettre au supérieur d'aller plus loin dans l'évolution. Vous pouvez trouver cela cruel, mais il en est ainsi. Il y a toujours, à tous les niveaux, ceux qui restent en arrière et sur lesquels les plus forts s'appuient pour aller plus loin dans leur évolution.

L’être humain ne descend pas de l'animal; bien au contraire, il s'appuie sur l'animal pour monter plus haut et réaliser sa divinité. C'est l'animal qui descend de l'humain. En effet, l'être humain a été créé avant l'animal. Dans le monde spirituel, le " supérieur " ou le plus parfait est toujours créé en premier, car " la Création" Procède du divin; puis, elle crée des formes de plus en plus éloigné de la Source en descendant vers des niveaux de plus en plus denses. L’animal descend donc bien de l'être humain. On peut concevoir l'animal comme un "humain raté".

également on peut concevoir que les animaux se sont incarnés avant d'obtenir un corps suffisamment parfait pour y recevoir une conscience individuelle. lls sont descendus trop tôt du monde spirituel avec le désir de vivre dans la matière, mus par des passions que leurs traits expriment. Grâce à eux, l'être humain s'est vu purifié de ces passions et a pu rester plus longtemps dans le monde spirituel.

Le règne végétal s'est élevé en s'appuyant sur le règne minéral. Puis, le règne animal s'est élevé en s'appuyant sur le règne végétal. Enfin, l'Homme devient ce qu'il est, aujourd'hui, en s'appuyant sur l'animal. Dans un lointain futur, on verra un groupe d'êtres humains retardataires (qui aura refusé trop longtemps l'évolution spirituelle) rester en arrière pour permettre à ceux qui auront poursuivi normalement l'évolution de franchir une nouvelle étape sur le chemin vers la divinité.
Ainsi, on peut parler de sacrifice de l'animal pour que l'être humain puisse atteindre son but évolutif. Bien évidemment, il n'y a aucune conscience individuelle de ce sacrifice chez les animaux, car ils n'ont pas de conscience ni d'âme individuelle, mais elle se situe dans le plan astral où vivent les âmes-groupes des animaux.

 

b) Epoque lémurienne ou végétale (récapitulation hyperboréenne) = ère Paléozoïque ou primaire: de 570 à 230 millions d'années.

La minéralisation se poursuit. Les végétaux s'élancent à la conquête de la Terre

Dès le Cambrien (de 570 à 500 millions d'années), apparaissent les premiers invertébrés à carapaces (comme les trilobites).
Puis, à l'Ordovicien, vers 480 millions d'années, apparaissent les premiers poissons. L'être humain vit alors l'étape " poisson " dans le monde spirituel. On peut retrouver cette apparence chez l'embryon.
Sachez que l'embryon et le foetus récapitulent toute l'évolution de l'être humain. Cette fois, le ventre de la mère symbolise le monde spirituel. La naissance du bébé représente l'époque où l'être humain a pu mettre le pied sur la terre ferme pour la première fois, vers le milieu de l'ère atlantéenne (25/30 millions d'années) ou l'Oligocène
Les trois premières années de l'enfance correspondent à la fin de l'époque atlantéenne et aux ères Miocène, Pliocène et Pléistocène; lors de cette dernière ère, l'être humain a obtenu un corps physique dense, ressemblant vraiment à celui que l'on connaît aujourd'hui, et son "JE " s'y est incarné... en analogie avec la fin de la troisième année de l'enfance lorsque le petit dit " Je" pour la première fois.
Ensuite, les amphibiens ou batraciens descendent dans l'incarnation, vers 380 millions d'années au Dévonien. L'être humain vit cette phase dans le monde spirituel. Les amphibiens et les sauriens témoignent de la puissante influence de la Lune à l'intérieur de la Terre, depuis que le Soleil est parti
Une autre étape décisive se déroule avec la descente des premiers reptiles au Carbonifère, il y a 300 millions d'années.
On entre alors dans une période de densification accélérée. A cette époque, il n’y a qu’un seul continent nommé généralement PANGAïA, mais il s’avérerait faux de se représenter ce continent comme une terre solide comme aujourd'hui. La Terre, bien que se solidifiant rapidement sous l'action de la Lune intérieure, ne disposait pas encore de roche dure ni de sol rigide. Le sol de cet unique continent était comme végétal ou boueux et le feu était encore en surface. Il y avait comme une vapeur de feu au-dessus du sol non encore solidifié. Rappelez-vous que la Terre contenait encore la future Lune. Or, celle-ci représente l'aspect formateur... mais passons à l'époque suivante.

 

c) époque lémurienne ou animale = Mésozoïque ou secondaire, de 230 à 65 millions d'années.

Nous arrivons maintenant à la véritable époque lémurienne. Lorsqu'un Initié fait référence à la Lémurie, il pense généralement à cette époque. Cette phase de l'histoire de la Terre se veut l'une des plus importantes pour l'Homme et l'animal. Rappelez-vous que le Soleil a quitté la Terre il y a très longtemps et que cette dernière tourne autour de lui avec la Lune en son sein. Le Soleil représente le pôle spirituel et évolutif qui nous tire vers le subtil et tend à tout ramener vers son état originel que représente la Lumière.

Retenez que:

la matière est de la lumière condensée.

Si l'on ralentit considérablement le taux vibratoire de la lumière, elle s'éteint et se densifie; elle devient matière, En cours de route de ce processus, elle devient couleurs. En effet, dans notre monde matériel, nul ne peut voir la lumière, on ne perçoit que les couleurs. On ne voit pas la lumière du Soleil, on ne voit que la couleur jaune ou orangée selon l'heure de la journée.

Lorsque les scientifiques parlent d'une théorie de la lumière, ils devraient dire théorie des couleurs, car aucun scientifique ne sait ce qu'est la lumière dans sa nature originelle, car aucun ne l’a vue. Lorsque l'on apprend que les couleurs de l'arc-en-ciel constituent le spectre de la lumière visible, c’est une erreur. L’être humain ne peut voir la lumière avec ses yeux physiques ; il ne peut en voir que l’aspect matérialisé : les couleurs.

La Lumière, se voulant spirituelle, ne peut être vue qu'intérieurement, par clairvoyance. Rappelez-vous que les forces solaires spiritualisent l'être humain. Ces forces solaires agissent à la fois sur le corps astral et sur le corps éthérique, mais elles transforment depuis l'extérieur, puisque le Soleil est devenu extérieur à la Terre.

La Lune représente le pôle opposé et complémentaire au Soleil. Elle tend à matérialiser le corps de l'être humain. Elle symbolise les forces formatrices qui apportent la croissance, la fécondité et la reproduction.

Les forces lunaires agissent depuis l'intérieur de l'être humain, reflet de cette époque lointaine où la Lune habitait l'intérieur de la Terre. Seulement, au cours de cette troisième partie de l'époque lémurienne, les forces lunaires, devenues trop fortes, tendent trop à densifier et à cristalliser l'être humain et tout ce qui se trouve sur Terre. Si la Lune était restée à l'intérieur de la Terre, celle-ci serait devenue un désert, un monde pétrifié, cristallisé comme la Lune actuelle. C'est cette tendance qui commençait au début de cette troisième époque lémurienne.

Alors, on assiste au départ de la Lune. Il se produit à la fin du Trias, il y a 200 millions d'années.

La Lune sort de l'endroit où se trouve, aujourd'hui, l'Océan Pacifique. Alors, le continent PANGAïA se fractionne en deux continents appelés généralement LAURASIE, celui du nord, et GONDWANIE, celui du sud, séparés par l'Océan TéTHYS. Les forces lunaires s'affaiblissent donc, mais elles restent imprégnées dans la Terre et dans tout ce qui y vit.

Ainsi, tous les cycles dus à la Lune, aussi bien ceux des marées que ceux des femmes, expriment un reste de l'influence lunaire. Seulement, il ne faut pas croire que c'est la Lune extérieure qui influence les marées ou le cycle menstruel des femmes. En fait, la Terre, les animaux et l'être humain sont imprégnés intérieurement des forces lunaires et de leurs cycles grâce au corps astral.

...

Il faut savoir qu’avant le départ de la Lune, des organes inférieurs étaient joints à des organes supérieurs puisque l’être humain était en forme de " boule ".

 

L’ÂME HUMAINE

Le germe de l’âme humaine a été donné par les entités spirituelles considérées comme les plus avancées de notre système évolutif, les Séraphins ou esprits de l’amour universel. Ces entités sont les plus proches de la Trinité.

A ses débuts, époque proto-Soleil (Terre et Lune encore réunies) l’âme humaine n’est pas individualisé et formait trois âmes-groupes désignés symboliquement d’un nom d’animal par la science spirituelle (Taureau, Lion et Aigle)
A ce stade, l’être humain vit sur la Terre-Lune dans un embryon de corps physique non dense, avec un corps éthérique et un corps astral ; son âme qui n’est pas individualisée vit sur le proto-Soleil.
En évoluant, une quatrième âme-groupe s’est formée et a intégré chaque aspects des trois autres. On l’appelle l’âme-groupe Homme, car elle réunit en un tout harmonieux un côté  " taureau ", un côté " lion " et un côté " aigle ".
Ce serait une erreur monumental de concevoir le taureau, le lion ou l’aigle tels qu’on peut les voir de nos jours. Les formes originelles (éthériques) des animaux s’avéraient beaucoup plus proche de la forme humaine que de nos jours. (Voir aussi mes commentaires à la fin!)

Après le départ de la Lune, les âmes-groupes humaines sont entrés dans un processus d’individualisation : une âme-groupe s’avère une âme qui dirige un grand nombre d’entités, alors qu’une âme individuelle existe pour chaque individu en particulier.

Ce processus d’individualisation s’est poursuivi durant des dizaines de millions d’années, aidé par les Elohim ou Esprits de la forme ainsi que par le Christ pour aboutir à ce qui allait devenir son " Je ".

La première manifestation du " JE " permets à l’être de se lever et de marcher, ce que l’on retrouve chez tout enfant vers l’âge de douze mois.

Dans le monde spirituelle, l’animal se voulait proche de l’être humain de par sa forme ; à partir du moment où il s’est incarné et densifié sur la Terre, il s’est éloigné de plus en plus de la forme humaine originelle.
En descendant trop vite du monde spirituel avant l'Homme, l’animal s'est trop minéralisé, s'est figé et a stoppé son évolution. L'être humain est descendu le dernier et est resté malléable, donc transformable.
L’âme-groupe Taureau a formé le corps physique masculin tandis que l’âme-groupe Lion a créé la forme physique féminine, légèrement plus subtile et plus spirituelle que celle de son compagnon.

 

LA " CHUTE "

Je situe la " Chute " vers la fin de l'ère Jurassique, soit 140 à 150 millions d'années. La séparation des sexes est commencée avec l'individualisation qui la représente. L'être humain s'est redressé pour marcher et il ressemble un peu plus à l'Homme moderne. Le germe de son JE vient de lui être donné par les Elohim avec le concours du Christ. Il ne lui manque plus qu'un nouveau corps dans lequel son JE pourra, par la suite, s'exprimer: le corps mental. En effet, le propre du JE humain est de s'exprimer par la pensée.

En lisant la Genèse, que voit-on à l’épisode de la " Chute " ? Le serpent, qui représente l’Ange rebelle Lucifer, tente Eve avec une pomme afin qu' elle goûte ce fruit défendu de " l'Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal ". Quel est donc cet arbre? Tout simplement le symbole du corps mental. Il faut rappeller que la loi de l'Univers est l'Evolution et qu'il y a toujours des éléments qui se sont retardés dans leur évolution, que ce soit dans notre monde physique ou dans le monde spirituel. 
Jusque-là, l'être humain n'était pas comme Dieu, car il ne possédait pas de JE individuel ni de corps mental pour s'exprimer et créer. L'arbre de la connaissance du Bien et du Mal représente le mental avec sa faculté de discernement qui inclue le libre choix.
Lucifer, le Tentateur, s'infiltre dans le corps astral de l'être humain (le serpent séducteur) afin de le pousser à se laisser aller à tous les désirs et à toutes les passions que peut recéler ce corps astral sous son influence. Mais, en revanche, il cède à l'Homme le libre arbitre de se laisser tenter ou de refuser de succomber. 
L'intervention du Christ, mentionnée plus haut, permet à l'être humain de renforcer ce libre arbitre en ne devenant pas esclave de ses sens comme le souhaitait Lucifer. Ce dernier avait agi sur le corps astral de l'être humain mais, également, sur ses organes des sens. Le Christ a donc "dépollué " les organes des sens de l'être humain.
A cette époque, apparaissent les premiers serpents. Les premiers papillons "naissent" également à cette période pour symboliser l'aspect spirituel du libre arbitre correctement utilisé qui conduit à la purification du corps astral et à sa spiritualisation.
Durant l'ère suivante du crétacé, nous assistons au commencement du " péché originel " qui correspond à la pollution du corps astral. Les êtres humains qui n'utilisent pas leur libre arbitre pour refuser la tentation de Lucifer acceptent cette pollution de leur corps astral et succombent à toutes sortes de passions destructrices: c'est le "péché originel ".
Lucifer est responsable d’un karma cosmique envers l’humanité à cause de cette tentation dans le corps astral (Désirs, passions) de l’Homme, mais ce dernier reste responsable d'y avoir succombé puisqu'il possédait le libre arbitre de la refuser.
La " Chute " présente d'autres conséquences: - l'être humain chute véritablement... il descend vraiment sur le sol terrestre (avant il vivait dans son atmosphère); - il est soumis à la mort et à la réincarnation pour la première fois; petit à petit, il doit se débrouiller seul sur terre sans l'aide des entités spirituelles; il va devoir chercher sa nourriture et se reproduire dans des conditions difficiles. On retrouve les trois aspects énoncés dans la Genèse: " Tu es poussière et tu redeviendras poussière ", " Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front " et " Tu enfanteras dans la douleur ", c'est-à-dire les trois conditions de l'incarnation (voir mon ouvrage Chercheur d'éternité - chapitre 4 - sur ce sujet).
L'action de Lucifer et le déchaînement des passions issues du " péché originel " ont généré les formes animales gigantesques et fantastiques tels les dinosaures.
à la fin de l’ère du crétacé, il y a 65 millions d'années, de violentes éruptions volcaniques détruisent la Lémurie ainsi que les dinosaures. Le feu rentre à l'intérieur de la Terre.

 

d) époque atlantéenne ou humaine et terrestre = Cénozoïque ou tertiaire, de 65 à 1,6 millions d'années.

Celle-ci débute, après la destruction de la Lémurie il y a 65 millions d’années, par l'ère du Paléocène. Nous sommes dans la véritable époque terrestre où le globe va se densifier au point de devenir solide. LHomme va pouvoir, pour la première fois, poser le pied sur un sol ferme.

Il faut se rappeler qu'au début de cette époque atlantéenne, l'humain dispose encore d'un corps " éthérico-plastique " peu dense et le sol de la planète se veut encore à mi-chemin entre le liquide et le solide.
C'est l'action de l'éther de vie qui va solidifier notre globe terrestre en agissant puissamment au centre de la Terre et en délogeant l'éther chimique (lié à l'élément Eau) établi là depuis l'époque lémurienne. D'ailleurs, l'action de l'éther de vie repoussant vers la surface l'éther chimique lié au liquide va provoquer la destruction de l'Atlantide par de gigantesques inondations, le fameux "Déluge".

Mais revenons au commencement de l'époque atlantéenne.

L'ère Paléocène va voir apparaître tous les prototypes des mammifères supérieurs, vers 60 millions d'années: les premiers rongeurs dont le Crusafontia, ressemblant étonnamment à l'écureuil d'aujourd'hui; les premiers ongulés dont le futur cheval, minuscule à cette époque (de la taille d'un chat) et les premiers carnivores.
Les premiers félins apparaissent à l'ère suivante, l'éocène, vers 50 millions d'années alors que les premiers canins les suivent, durant l'ère suivante, avec les premiers éléphants, vers 35/30 millions d'années.
Durant l'Oligocène, vers 35/30 millions d'années, une nouvelle période capitale se joue: l'intervention d'une autre entité spirituelle retardataire, appelée Méphistophélès chez les hébreux, ce qui signifie le corrupteur et le menteur; Satan chez les chrétiens, ou encore Ahriman chez les Perses. Tout comme Lucifer, cette entité spirituelle va tenter l'être humain tout en lui apportant quelque chose de positif. Ahriman, avec l'aide des Elohim, va, d'une part, donner la parole à l’être humain (qui jusque-là ne poussait que des cris pour exprimer ses ressentis intérieurs). D’autre part, il va essayer de manipuler les organes participant à la parole: le larynx, la langue, la gorge, le coeur et les poumons pour atteindre son but voulant que l'être humain ne puisse pas dire la vérité de ce qu'il perçoit.
Alors, une deuxième intervention du Christ, depuis le monde spirituel, va permettre à l'être humain d'apprendre à parler correctement, d'une manière objective. Ainsi, le Christ permet à l'Homme de franchir sa deuxième étape capitale - la parole -, comme le fait l'enfant dans sa deuxième année de vie.
Toujours à cette même période, la terre se refroidit considérablement amenant une densification accrue du corps humain et de tout ce qui existe alors sur le globe terrestre. On note également l'apparition des premiers singes.
Les premiers hominidés ne constituent pas les ancêtres de l'Homme; ces humains ratés et dégénérés apparaissent au Miocène, vers 15/20 millions d'années. Enfin, les premiers ours issus d'une dégénérescence d'une partie de la sixième sous-race atlantéenne, l'" Accadienne ", apparaissent lors de la première période glaciaire, à la fin du Pliocène.

 

e) L'époque post-atlantéenne = quaternaire de 1,6 millions d'années à nos jours.

Tout d'abord, cette époque représente la fin de l'Atlantide détruite en plusieurs fois à l'issue de plusieurs périodes glaciaires et de gigantesques inondations... puis, la véritable époque post-atlantéenne des civilisations modernes, débutée vers 9000 ans avant J.-C., qui se poursuit encore aujourd'hui et qui s'achèvera vers l'an 6500.

Cette époque commence par le Pléistocène ou Diluvien qui a connu plusieurs périodes glaciaires. Celles-ci ont permis la densification finale de la Terre et du corps physique humain.

Vers 1,5 million d’années, l’Homme véritable apparaît
dans l’incarnation lourde: l’Homme moderne est né et
son JE s'incarne dans ce corps quadruple: constitué du
physique, de l'éthérique, de l'astral et du JE.

à cette période également, Ahriman essaie de nouveau de tenter l'être humain en s'attaquant à sa personnalité triple: pensée, sentiment et volonté. Ahriman tente de désorganiser cette personnalité afin que l’être humain ne puisse prendre conscience de lui-même ni développer la pensée. Si Ahriman avait réussi, l'être humain serait resté avec une personnalité éclatée; or, c'est l'unité ou l'intégration de la personnalité qui permet la conscience de soi.
Alors, le Christ intervint une troisième fois, depuis le monde spirituel, afin de donner à l'Homme une personnalité intégrée. La pensée, le sentiment et la volonté s'unissent en un tout capable de résister à la tentation ahrimanienne. Sans l'intervention du Christ, l'être humain aurait été dominé par ses passions, par sa part animale, et n'aurait jamais pu prendre conscience de lui-même. Il n'aurait pu dire "Je ", en pensant à lui-même, comme le fait le petit enfant pour la première fois dans sa troisième année de vie. Ainsi, le Christ est intervenu une troisième fois pour que l'Homme puisse prendre conscience de lui-même et dire " je" en pensant à lui.
Ce que le Christ a fait pour l'humanité, chaque disciple sur le sentier doit le faire pour lui-même avant de pouvoir entrer dans le monde spirituel pour y recevoir l’Illumination octroyée par le Christ. La part animale en l’Homme doit être vaincu par le disciple pour qu’il soit illuminé et qu’il accède à sa vraie nature, à sa divinité.
Depuis un peu plus d'un million d'années, l'être humain se veut complet: il marche, parle, apprend à penser et à devenir conscient de lui-même grâce au Christ et aux entités spirituelles qui ont participé à cette création.
Au début de l'Holocène, la destruction finale de l'Atlantide (par l'eau) intervient vers 9 000 avant J.-C. C'est l'épisode biblique de l'arche de Noé. Auparavant, d'autres destructions partielles du continent atlantéen étaient survenues vers 800 000 ans, 200 000 ans et vers 70/80 000 ans. Les deux dernières destructions vers 70 000 ans et vers 9 000 avant J.-C. expliquent l'extinction de nombreuses espèces animales que les scientifiques, eux, ne comprennent pas.

Après la destruction du continent atlantéen, nos civilisations modernes vont voir le jour... mais c'est une autre histoire! (Fin de la description de P. Lassalle)

Conclusions:

C'est tout simplement grandiose et instructif à mon humble avis!  La partie qui traite de l'âme humaine et des âmes-groupe initiaux est  dans la Bible; en effet, on peut lire dans Apocalypse 4:7 "Le premier être vivant est semblable à un lion, le second être vivant est semblable à un veau, le troisième être vivant à la face d'un homme, et le quatrième être vivant est semblable à un aigle qui vole." Ceci confirme que ce que St-Jean a pu voir il y a 2000 ans, d'autres aussi peuvent le voir aujourd'hui et encore mieux, le comprendre.

Mais où sont donc les fameux sept jours dans tout celà? Si l'on pense à l'équivalence 1jour=24h c'est nulle part puisque tout est accompli initialement dans le monde spirituel.  Il n'est pas question d'une quelconque rotation de la Terre, puisque celle-ci formait encore un tout avec l'ancien Soleil. C'est seulement au quatrième "jour" que la Bible parle de soleil, de lune et d'étoiles, mais là encore ça n'a rien à voir avec les astres que nous voyons actuellement dans le ciel. Les phrases:  "Que la lumière soit et la lumière fut. Et il y eu un soir, et il y eu un matin" et plus loin: " Les Elohim appelèrent la lumière jour et les ténèbres nuit" sont ici encore source de confusion chez les éxégètes. Le mot "iom" qui a été traduit par "jour" est quelque chose de vivant et de réel mais pas un concept abstrait de temps. Une meilleure traduction serait "Eon" et il s'agit de sept Archées ou Esprits du temps qui se sont succédés pour aider les 7 Elohim dans leur tâches. Lorsque le premier des "Eon" entra en activité, il y eu comme une alternance entre èrèb, le chaotique mais non pas le "soir" et boqèr, l'ordre ou l'harmonie mais pas le "matin". Le septième Eon s'activa au moment où les Elohim après s'être groupés pour former une entité (Iavhé-Elohim traduit par l'Eternel Dieu) se sont scindés pour poursuivre leur Evolution,  celle avancée sur le Soleil et celle retardée sur la Lune. De même le mot "lilith" pour nuit désigne les Archées saturniens retardés qui, à ce moment-là n'avaient pas atteint le stade solaire. Le chiffre 7 revient tout le temps dans la Genèse et c'est ainsi qu'il y aura aussi sept états de la Terre; nous en sommes au quatrième (ancien Saturne, ancien Soleil, ancienne Lune et Terre), l'étape charnière. Les trois suivants vont nous rapprocher de plus en plus de la divinité. Du point de vue de l'époque, nous sommes à la 5ème époque post-atlantéenne. Elle sera suivie d'une 6ème et d'une 7ème. Ensuite se reproduira sur la terre une grande catastrophe, analogue à celle de l'ère atlantéenne

Adam doit être traduit par "Le Terreux" parce qu'il provient de la Terre. L'image habituelle et naïve où Dieu souffle dans une motte de terre pour créer l'Homme relève toujours de notre esprit matérialiste incapable d'appréhender les réalités spirituelles. Il faut comprendre lorsqu'il est dit dans Genèse 1:11 : "Que la terre produise de la verdure, de l'herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce" que chaque espèce de plante existait sous forme d'un âme-groupe dans le monde spirituel. Il ne poussait pas au sens actuel du mot. D'ailleurs, plus loin (Gen. 2:4) , il est dit dans ce que les exégètes croient à tort comme la deuxième création: "Lorsque l'éternel Dieu fit une terre et des cieux,  aucun arbuste des champs n'était encore sur la terre, et aucune herbe des champs ne germait encore".  

Le premier verset de l'évangile de Jean : "En l'origine était le Verbe, et le Verbe était près de Dieu et le Verbe était un dieu."   est encore antérieur à la phrase "Au commencement les Elohim..." de la Genèse. Le Verbe est la parole créatrice qui est un attribut de Dieu mais aussi des hiérarchies comme les Elohim. C'est le Christ, le régent des Elohim qui symbolise le Verbe.

L'élément manquant dans la théorie de Darwin sur l'évolution n'est autre que le corps éthérique qui agit sur les âmes-groupe de chaque espèce animal;  par contre  l'extrapolation darwinienne sur l'origine de l'Homme (descendant du singe) relève une fois de plus des forces  retardatrices qui veulent que l'Homme ne soit pas conscient de lui-même. 

Lorsqu'on lit "Et les Elohim séparèrent la lumière d'avec les ténèbres" il s'agit des forces retardatrices et des forces qui nous font remonter vers le monde spirituel; toutes les deux ont leur utilité et sont à leur juste place.  Aujourd'hui encore, la polarité lumière-obscurité régit toute notre existence. Dieu est au-delà du bien et du mal mais bien peu en sont conscient.

Voici encore une conférece improvisée donnée par R. Steiner le 30 juin 1924 à Dornach (Suisse), à la suite d'une question des ouvriers travaillant sur le chantier du Goetheanum

Y-a-t-il une question ?

M. Dollinger: J'aimerais demander si vous ne pourriez pas nous reparler de la création du monde et de l'homme, car il y a plusieurs nouvelles personnes ici qui n'en ont pas encore entendu parler ?

Rudolf Steiner: Il est donc demandé si je peux recommencer à parler de la création du monde et de l'homme pour les nombreux nouveaux camarades présents. Je vais donc essayer de présenter le thème afin de vous montrer ce qu'étaient les conditions de la Terre qui ont conduit d'une part à ce que nous pouvons voir autour de nous et, d'autre part, à l'apparition de l'être humain.

Voyez-vous l'homme est en somme un être très complexe. Si l'on croit pouvoir comprendre l'être humain par la seule dissection de son cadavre, on se trompe ; on ne le comprendra pas ainsi. Il est tout aussi impossible de connaître les choses qui nous environnent dans le monde, si l'on se contente de rassembler des cailloux, des plantes etc., et d'en observer les détails. Il faut prendre en compte que les choses ne révèlent pas leur essence propre au premier regard.

Le cadavre que nous pouvons observer juste après la mort d'une personne a encore conservé sa forme, peut-être un peu plus pâle seulement. On remarque que la mort l'a saisi, mais il a encore la même forme que lorsqu'il était vivant. Mais songez maintenant à ceci : quel aspect aura ce cadavre dans quelque temps, même sans être incinéré, laissé simplement à sa décomposition ? Il sera détruit. Plus rien n'œuvre en lui pour le reconstruire, il sera détruit.

Souvent les gens se moquent du début de la Bible, avec raison d'ailleurs, comme si l'être humain avait été formé par un dieu quelconque à partir d'une motte de terre. On le considère avec raison comme une impossibilité. Nul dieu quelconque ne peut venir former un être humain à partir d'une motte de terre. On n'a jamais vu même la plus fidèle sculpture ou le plus beau bonhomme modelé par un enfant commencer à marcher! C'est avec raison qu'on se moque du début de la Bible, si les gens pensent que l'être humain a été formé par un dieu avec une poignée de terre. Ce que nous avons devant nous en tant que cadavre deviendra effectivement un tas de terre, même dans la tombe où il sera quelque peu dispersé, lessivé, etc. Il est donc tout aussi insensé de penser qu'on peut faire un être humain avec ce que nous avons ainsi devant nous.

Voyez-vous, d'un côté on a raison de s'interdire de penser que l'être humain puisse sortir d'un tas de terre. D'un autre côté cependant on s'autorise à penser que l'être humain serait constitué de ce qui est terre. Vous voyez que, pour être conséquent, l'un ne va pas plus que l'autre. Il faut savoir que lorsque l'être humain est en vie, il y a en lui quelque chose qui lui donne cette forme et, lorsque ce quelque chose en est sorti, la forme disparaît. Les forces de la nature ne lui confèrent pas cette forme, elles ne font que la disperser et la détruire, elles ne la font pas croître. Il nous faut donc revenir chez l'être humain à un élément psychique spirituel qui a régné en lui du temps de sa vie.

Si vous regardez une chose morte comme une pierre et y voyez pousser des plantes etc., et que vous vous imaginez que la Terre était toujours comme cela alors, Messieurs, c'est comme si vous disiez d'un cadavre qu'il a toujours été tel, même du temps où la personne était en vie. Ce qui se présente aujourd'hui par les pierres, les falaises, les montagnes est comparable au cadavre. Est-ce également un cadavre? Ce n'était pas toujours comme cela. Et de même que le cadavre d'un être humain n'a pas toujours été comme il est là, devant nous, après que l'âme et l'esprit en sont sortis, de même la nature extérieure que nous voyons, n'a pas toujours été celle-là. Que les plantes poussent sur un cadavre, c'est-à-dire sur la roche, ne doit pas nous étonner, car lorsque l'être humain se décompose, il pousse sur son cadavre également toutes sortes de plantules et de bestioles.

N'est-ce pas, nous trouvons beau ce qui pousse à l'extérieur et rebutants tous les parasites qui poussent sur un cadavre, mais ce n'est que du fait que ce qui pousse dehors est de grande taille et que les parasites sont minuscules. Si nous étions des petits scarabées sur un cadavre en décomposition, tout en étant capables de penser comme des êtres humains, les os d'un cadavre seraient des falaises et le reste serait décombres et un amas de pierres, tout ce qui pousserait nous paraîtrait comme autant de forêts, simplement en raison de notre petite taille. Ce paysage nous semblerait beau alors qu'il nous semble détestable du haut de notre grande taille.

Devant un cadavre nous devons porter le regard sur ce qui était humain avant qu'il ne soit mort. Devant la Terre et tout notre environnement, nous devons de même regarder vers le passé, vers tout ce qui était vivant avant que la Terre en grand ne devienne une chose morte. Les êtres humains sont en quelque sorte les parasites de la Terre. La Terre entière était autrefois vivante, elle pensait, tout lui était possible. Elle ne put donner naissance au genre humain qu'une fois qu'elle fut devenue cadavre. C'est ce que tout un chacun peut comprendre pour peu qu'il veuille réfléchir. On ne veut pas réfléchir aujourd'hui. Il le faut pourtant pour accéder aux vérités. Si bien que nous devons nous représenter la chose suivante: il y avait à l'origine un corps terrestre vivant et pensant, ce qui nous apparaît aujourd'hui comme les roches sur lesquelles poussent les plantes etc., n'était pas ainsi à l'origine, c'était un corps vivant et pensant !

Aujourd'hui, je vous en ai souvent parlé, on se représente qu'à l'origine, la Terre était un immense brouillard qui s'est mis peu à peu à tourner sur lui-même et dont les planètes se seraient séparées, le centre aurait donné le Soleil. On inculque cela à des enfants encore tout petits. On leur montre également une petite expérience censée prouver que c'est bien ainsi que cela s'est passé. On met une goutte d'huile dans un bocal plein d'eau qu'on fait tourner avec une aiguille et un carton [Note: L'expérience dite de Plateau de Joseoh Antoine Ferdinand 1801-1883, physiscien belge: Dans un récipient, on prépare un mélange d'eau et d'alcool qui présente la densité exacte de l'huile d'olive. On met une très grande goutte d'huile d'olive dans le récipient. Cette goutte descend dans le récipient jusqu'au milieu et reste ainsi en suspension dans le liquide. On découpe un disque dans un papier-carton. On pique ce disque en carton en son milieu avec une aiguille assez longue pour atteindre la goutte d'huile. On introduit ce disque, au bout de l'aiguille, dans le récipient et on le place exacrement à l'horizontale dans la goutte, de manière à occuper l'équateur de la goutte d'huile. On commence à tourner l'aiguille, d'abord très doucement puis plus vite. La rotation se communique peu à peu à la goutte d'huile. De celle-ci commencent à se détacher d'abord des cercles puis, la vitesse augmentant, des gouttelettes. Il apparaît alors un remarquable modèle de notre système planétaire, avec une grande goutte au milieu figurant le Soleil et de petites gouttes fugurant les planètes. Le tour est joué.] Comme l'huile est en suspension, elle va se diviser en petites gouttelettes et tourner avec le reste, une partie restant au milieu. N'est-ce pas là un beau système solaire ! Il est bon parfois de s'oublier soi-même, mais en l'occurrence on ne peut pas oublier que le maître de classe est là en train de faire tourner son système planétaire. Il faudrait qu'il explique à ses élèves comment un immense maître d'école fait tourner le vrai système planétaire !

C'est bien là que se trouve le problème: on oublie de penser, et on n'oublie pas pour obéir à des faits mais on oublie délibérément. Ce n'est pas ainsi qu'on peut s'approcher de la vérité. Il faut donc nous représenter, non pas qu'il y avait un immense maître d'école pour agiter le brouillard originel, mais qu'il y avait au sein même de ce brouillard cosmique quelque chose qui soit capable de se mettre en mouvement etc. Nous sommes donc derechef arrivés au vivant. Nous n'avons pas besoin pour tourner sur nous-mêmes qu'un maître d'école vienne nous agiter avec une aiguille, cela ne nous plairait absolument pas. Nous tournons par nous-mêmes. Un brouillard inerte a besoin d'un maître d'école, mais un brouillard vivant capable de penser et de sentir peut se mettre en mouvement par lui-même.

Il faut donc nous représenter que ce qui est mort autour de nous était autrefois vivant et capable de sentir, c'était un être cosmique, et même, si nous poursuivons notre examen, un grand nombre d'êtres cosmiques vivants donnant la vie à tout le cosmos. Les conditions originelles du monde résultaient de ce qu'il y avait un élément spirituel dans la substance.

Voyez-vous, de quoi dépend la matière autour de nous? Songez que vous avez dans la main un morceau de plomb. C'est de la matière solide. Si vous le chauffez sur un fer brûlant, par exemple, il va se liquéfier, si vous le chauffez encore plus dans le feu il va s'évaporer. Vous n'en verrez plus rien. Il en est ainsi pour toutes les matières. De quoi dépend alors la matière ferme, telle qu'elle se présente à nous? Elle dépend de la chaleur qu'elle contient. L'apparence de la matière ne dépend que de la chaleur qu'elle contient

Vous savez qu'aujourd'hui on parvient à liquéfier l'air. L'air n'a la forme de gaz autour de nous que parce qu'il contient une certaine chaleur. L'eau est liquide et peut aussi geler, cela dépend de la chaleur. Si notre Terre était plus froide il n'y aurait pas d'eau mais de la glace partout. Au cœur des montagnes il y a du granit solide par exemple, si la chaleur était plus forte, même le granit serait liquide, il s'écoulerait dans des fleuves de granit, comme l'eau de nos fleuves.

Qu'y a-t-il donc à l'origine qui permette la forme liquide ou gazeuse? C'est la chaleur! Sans la présence de la chaleur au début, il ne peut y avoir ni du liquide ni du gaz. Il faut nécessairement qu'il y ait une action de la chaleur. C'est pourquoi nous pouvons dire que ce qui était présent tout au début, c'est la chaleur ou le feu.

C'est ce que révèle la science occulte examinée par la recherche anthroposophlque. La science de l'esprit, par l'investigation anthroposophlque montre qu'il n'y avait pas, au début, un brouillard originel, un brouillard inerte et mort, mais qu'il y avait une chaleur vivante, simplement de la chaleur qui vivait.

Je vais donc admettre qu'à l'origine vivait de la chaleur (fig. suivante, rouge). C'est ce que j'ai décrit dans ma Science de l'occulte. Comme il faut bien nommer les choses, les noms importent peu, j'ai nommé cet état antérieur de notre planète en des temps très, très reculés, l'ancien Saturne. Cet état a bien quelque chose à faire avec Saturne, mais je ne veux pas aborder cela maintenant.

Dans cet état originel, il n'y avait encore ni corps solide, ni air, il n'y avait que de la chaleur. Mais cette chaleur était vivante. Aujourd'hui, lorsque vous gelez, c'est votre moi qui gèle, lorsque vous transpirez c'est votre moi qui a chaud et alors il a bien chaud. C'est ainsi que vous êtes dans la chaleur, tantôt dans le froid, tantôt dans la chaleur. Si bien que l'être humain nous montre aujourd'hui encore qu'il vit dans la chaleur. L'être humain vit totalement dans la chaleur.

Lorsque la science actuelle dit qu'au début, il y avait une chaleur élevée, elle a raison dans un certain sens ; mais si elle prétend que cette chaleur était morte, elle se trompe car c'était alors une entité cosmique vivante, une véritable entité cosmique vivante.

Or la première chose qui se passa avec cette entité de chaleur, c'est son refroidissement. Les choses vont toujours en se refroidissant. Et que se passe-t-il lorsqu'un milieu où rien ne se laisse différencier, où il n'y a que de la chaleur, se refroidit ? Il apparaît du gaz. La forme gazeuse est la première chose qui apparaît. Car, lorsque sans arrêt on chauffe un corps solide, il se forme du gaz, dans la chaleur. Mais si quelque chose qui n'est pas encore substance descend dans le refroidissement, il se forme tout d'abord du gaz (fig. suivante, vert). Ainsi dans le deuxième corps céleste qui s'est en quelque sorte formé, tout était gazeux. Il n'y avait pas encore ni de liquide, ni de corps solide. Tout était gaz.

Nous avons ainsi le deuxième état apparu au cours du temps. Dans ce deuxième état, se présente donc, à côté de ce qui était déjà présent à l'origine, quelque chose de nouveau. Notre Soleil actuel n'est pas comme ce que j'ai appelé l'ancien Soleil dans ma Science de l'occulte, je l'ai appelé ainsi parce que c'était une sorte de brouillard chaud. Je vous ai dit déjà que le Soleil actuel n'était pas ce qu'on pense, mais il n'est pas non plus ce qu'était le deuxième corps céleste. Ainsi nous avons un deuxième corps céleste qui se forme à partir du premier. Tandis que le premier n'est que chaleur, le deuxième est en plus gazeux.

fig_genese1.gif (11419 octets)

L'homme en tant qu'âme peut vivre dans la chaleur. La chaleur opère sur l'âme l'impression de la sensation mais ne la détruit pas. La chaleur détruit en revanche l'élément corporel. Si on me jette dans le feu, mon corps sera détruit, mais mon âme n'en est pas détruite pour autant. Nous reviendrons sur cela plus en détail. C'est pourquoi l'être humain pouvait vivre en tant qu'âme lors du premier état dit de l'ancien Saturne. L'être humain pouvait tout à fait y vivre. Mais l'animal ne le pouvait pas encore, car lorsque le corps de l'animal est détruit, l'âme est également touchée. Le feu a une influence sur l'âme de l'animal. Si bien que nous pouvons admettre, concernant cette première phase, que l'être humain était présent mais pas l'animal. Après que la métamorphose de l'ancien Soleil a eu lieu, l'animal était présent avec l'être humain. Il est donc important de remarquer que l'être humain ne fut pas précédé par l'animal dont il serait sorti. L'homme était présent avant l'animal, et l'animal s'est formé ensuite, à partir de ce qui ne pouvait pas devenir homme. L'homme n'était alors évidement pas un bipède, il n'était présent qu'en tant que chaleur. Il évoluait comme planant dans la chaleur. Lorsque la planète évolua vers une phase gazeuse chaude, l'animal apparut à côté de l'être humain. Les animaux sont bien parents avec l'être humain, mais ils apparaissent après lui au cours de l'évolution du monde.

Qu'apporte la suite de l'évolution ? Une dimension continuelle de la chaleur. Il se forme toujours plus de gaz et également de liquide. Il se forme le troisième corps céleste (fig. ci-dessus, jaune). Je l'ai appelé l'ancienne Lune car il ressemble à notre Lune, mais ce n'est pas la même chose. Nous avons affaire à un corps liquide, véritablement liquide. Air et chaleur restent évidemment présents, mais ce qui n'était pas encore là sur les deux corps célestes précédents est maintenant présent, l'eau. La présence de l'eau permet également la présence des plantes qui alors jaillissent à partir de l'eau, et non de la Terre, elles viennent s'ajouter aux animaux et à l'être humain qui étaient déjà là auparavant

Voyez-vous, les plantes semblent pousser sur la Terre, mais sans eau elles ne poussent pas. La plante a besoin d'eau. Il y a des plantes aquatiques, et il faut vous représenter que toute la végétation originelle sur l'ancienne Lune était aquatique, une végétation nageant dans l'eau. De même il faut vous représenter des animaux plus aquatiques encore, et plus aériens encore dans la deuxième phase.

De tout ce qui était présent aux étapes antérieures, il subsiste des restes. A l'étape de l'ancien Soleil l'être humain et les animaux n'avaient que la chaleur et l'air à leur disposition, ils ne pouvaient que voler dans les airs, il n'y avait rien dans quoi ils eussent pu nager. L'air étant resté lors de l'ancienne Lune, les êtres volants ont gardé une descendance. Notre faune volatile actuelle descend des animaux originels de l'ancien Soleil. Ceux-ci n'étaient alors formés que d'air, de nuages aériens. Sur l'ancienne Lune ils ont intégré l'eau. Mais regardez, Messieurs, un oiseau! On le regarde souvent bien distraitement. Si nous nous imaginons les animaux sur l'ancien Soleil, il faut y voir des nuages, ils n'étaient faits que d'air. Et si vous observez un oiseau d'aujourd'hui, vous verrez que ses os sont creux et pleins d'air! Si vous enlevez en imagination tout ce qui n'est pas air chez l'oiseau, vous obtenez un oiseau, un oiseau fait d'air! Partout dans l'oiseau il y a de l'air, jusque dans les os. Dans les os creux se trouve un oiseau aérien. C'est une réminiscence de l'ancien état. Le reste s'est mis tout autour aux périodes ultérieures. Les oiseaux descendent véritablement de cet état antérieur.

L'être humain vit dans l'air ambiant, mais cet air doit contenir de la vapeur d'eau. L'être humain ne peut pas vivre dans un air sec. Le liquide doit être présent. Or il existe un état où l'être humain ne vit pas dans l'air, c'est l'état embryonnaire. Il faut bien voir que durant la période embryonnaire l'être humain reçoit du sein de sa mère tout ce dont il a besoin. Il doit se trouver dans un environnement vivant.

Or voyez-vous, lorsque l'être humain est en germe dans le sein de sa mère, il ne pourrait pas survivre si on l'en sortait. Durant la période embryonnaire l'être humain est dépendant d'un environnement vivant. Lors de l'étape où il y avait certes déjà des hommes, des animaux et des plantes, mais où l'élément minéral n'était pas présent, tout était encore vivant, aussi vivant qu'aujourd'hui dans le sein de la mère. Simplement, l'homme atteignait alors une taille plus grande que l'embryon actuel. Imaginez : si nous ne devions pas naître et sortir du sein maternel pour respirer par nous-mêmes à l'air libre, notre vie se terminerait à la naissance. Nous ne pouvons vivre en tant qu'embryon que durant dix mois lunaires. Il existe des êtres qui ne vivent que dix mois lunaires ; ils n'accèdent pas à l'air libre, ils reçoivent ce dont ils ont besoin de l'intérieur, de l'entourage vivant. Il en était ainsi de l'homme voici bien longtemps. Il devenait certes plus âgé que l'embryon d'aujourd'hui, mais il ne sortait pas de l'entourage vivant. Si cet état avait subsisté, l'être humain continuerait d'y vivre ainsi, il n'accéderait pas à la naissance, il vivrait en tant que germe dans un milieu vivant. Il n'y avait alors pas encore de substance minérale, pas de roche.

Lorsque vous disséquez un être humain vous avez ses os faits de calcaire comme nos falaises du Jura. C'est bel et bien du minéral, mais il n'était pas présent autrefois. Or, dans l'embryon, il n'y a pas de minéral non plus, tout y est encore liquide et de consistance colloïdale. Autrefois, à l'époque de l'ancienne Lune, l'être humain n'était pas osseux, tout au plus était-il cartilagineux. Nous avons, avec l'embryon humain, une réminiscence de ce qu'était l'homme autrefois. Pourquoi le germe humain ne peut-il pas apparaître directement à l'extérieur, pourquoi a-t-il besoin du sein de la mère? Parce que le monde a changé. Lors de l'ancienne Lune c'est la planète tout entière qui était un sein maternel, intérieurement vivant, un véritable sein maternel. (J'appelle cette étape l'ancienne Lune car ce n'est pas notre Lune actuelle, mais c'est ce que la Terre était autrefois.) La roche n'existait pas. Tout était un immense sein maternel. Si bien que nous pouvons dire que notre Terre actuelle est sortie de cet énorme sein maternel.

Bien avant cela, même ce sein maternel n'existait pas encore. Qu'y avait-il alors ? Il y avait le plus hâtif, le plus précoce, oui mais qu'est-ce à dire? Voyez-vous lorsque l'être humain doit devenir germe dans le sein maternel, il faut qu'il y ait au préalable la conception. Mais cette conception n'est-elle pas également précédée de quelque chose ? Ce qui précède la conception, c'est ce qui s'exprime chez la femme par les menstrues. Il s'agit d'un processus très particulier lié à des écoulements de sang. Mais ce n'est pas tout. L'épanchement de sang n'est que l'aspect physique. A chaque écoulement de sang correspond l'épanchement d'un élément psycho-spirituel qui reste du domaine psychique et spirituel et qui n'atteint pas à l'incorporation physique humaine. Ce qui doit être présent avant la conception était déjà là lors de l'ancien Soleil! Le Soleil dans son ensemble, le précurseur de la planète Terre, était encore une entité cosmique qui périodiquement faisait émaner d'elle un élément spirituel. C'est ainsi que les êtres humains et les animaux vivaient en tant qu'émanations du corps cosmique de l'ancien Soleil. Si bien qu'entre cette étape solaire et l'étape lunaire il se passe quelque chose qui fait que l'être humain peut devenir une créature physique aquatique. Auparavant il etait une créature physique aérienne. Lors de l'époque lunaire il y avait également quelque chose de l'ordre de la conception, mais pas encore de l'ordre de la naissance. Et en quoi consistait la conception durant l'époque lunaire ? Voyez-vous, Messieurs, la Lune est une entité féminine à laquelle ne se présentait aucune entité masculine; ce qui se présentait à elle, c'était la totalité de ce qui en ce temps était en dehors de son propre corps céleste. Car le corps céleste de l'ancienne Lune était bien présent, mais autour de lui il y en avait beaucoup d'autres, c'est d'eux que venaient les influences. Je vais maintenant refaire le dessin que j'ai déjà fait ici.

fig_genese2.gif (13133 octets)

Il y avait donc ce corps céleste de la Lune-Terre et, tout autour, il y avait les autres corps célestes qui envoyaient les influences les plus diverses. Les germes venaient sur la Lune-Terre à partir de ces corps célestes. Si l'on avait pu aller sur cette Lune-Terre et observer ces influences, on n'aurait pas dit comme aujourd'hui : Ah ! Il pleut ! On aurait dit alors : Ah ! On féconde! C'est ainsi qu'à certaines saisons venaient de partout des germes de fécondation, et à d'autres se faisait la maturation et les germes ne venaient plus. Il y avait donc autrefois une fécondation cosmique. Mais il n'y avait pas de naissance; l'être humain était seulement conçu. Il n'apparaissait que par la conception. Les êtres humains sortaient de l'ensemble du corps terrestre-lunaire. C'est ainsi que se passait également la conception des animaux et des plantes : à partir de tout le cosmos environnant.

Maintenant, tout ce qui vit actuellement (homme, animal et plante) entraîne un prochain refroidissement, une prochaine solidification. Lors de la phase lunaire, on avait encore de l'eau, et le solide, le minéral, n'est apparu que sur Terre par un refroidissement supplémentaire (fig. ci-dessus, bleu). C'est l'état actuel de notre Terre qui héberge l'homme, l'animal, la plante et le minéral.

Messieurs, regardons ce qu'il en est de la Terre, en observant par exempe l'oiseau. Lors de l'étape solaire, l'oiseau était un être totalement aérien ( Luftibus = une personne écervelée, distraire, aérienne ! ). Il voletait comme une masse aérienne. Lors de l'époque lunaire il devient aqueux, visqueux; c'est maintenant un nuage avec l'apparence d'un glaçon, pas comme nos nuages, car il contient déjà une forme. Ce qui chez nous est une masse aqueuse sans structure était sur l'ancienne Lune une forme contenant un squelette, mais un squelette aqueux. Maintenant, sur Terre viennent s'adjoindre les minéraux, ils viennent s'incruster dans le squelette, y apporter le calcaire et le phosphate, etc. Ces matières se déposent le long du squelette et forment les os durs. Ainsi l'oiseau d'abord totalement aérien devient aqueux puis minéral (terrestre).

L'homme ne put pas suivre ce même chemin, il ne put pas simplement intégrer le minéral apparu sur Terre lors de son état embryonnaire. L'oiseau le peut. Pourquoi le peut-il ? Voyez-vous, l'oiseau a reçu sa forme aérienne sur l'ancien Soleil puis il traverse l'étape de la forme aqueuse. Maintenant il a besoin d'éloigner le minéral un peu de lui lors de la période embryonnaire. Car si le minéral s'intègre trop tôt l'oiseau deviendra minéral, c'est-à-dire qu'il va se durcir. L'oiseau à l'état d'embryon est donc encore un peu aérien et aqueux. Mais le minéral cherche tout de même à l'atteindre. Que fait l'oiseau ? Il commence par le refouler, il le refoule autour de lui, il crée une coquille de calcaire, c'est là le minéral. La coquille de l'oeuf reste aussi longtemps que l'oiseau refoule intérieurement le minéral, donc aussi longtemps qu'il veut rester liquide. D'où cela provient-il chez l'oiseau? Cela provient de ce qu'il n'est apparu que lors de la deuxième étape planétaire. S'il était apparu lors de la première étape, il aurait été bien plus réceptif à la chaleur. Il n'est pas aussi réceptif à la chaleur du fait qu'il n'était pas encore apparu lors de la première étape calorique de la planète. Du fait qu'il n'était pas encore là lors de la première étape, il peut former autour de lui une coquille.

A l'état d'embryon, l'être humain, ayant été présent déjà lors de la première étape calorique de la planète, ne peut pas refouler le minéral, il ne peut pas former de coquille. Il doit donc s'organiser autrement. Il doit intégrer l'élément minéral déjà dans le sein de sa mère. La formation minérale se présente par conséquent déjà vers la fin de l'état embryonnaire. Il doit aspirer en quelque sorte le minéral du corps de sa mère. Mais il faut que ce minéral soit présent dans le corps maternel, soit libéré et mis à la disposition de l'embryon. Le minéral s'intégrera par conséquent tout autrement que chez l'oiseau. L'oiseau a des os imprégnés d'air, l'homme les a imprégnés de moelle. C'est grâce à la possession de cette moelle que la mère de l'enfant a la possibilité de procurer intérieurement du minéral à l'être humain. Mais durant la période où le minéral est conféré à l'enfant, l'être humain ne peut plus vivre dans l'environnement maternel; il doit pouvoir naître peu à peu. C'est après la naissance, alors seulement, qu'il pourra intégrer véritablement le minéral. Il n'y a pas en vérité de naissance chez l'oiseau, il y a une éclosion. Chez l'être humain il y a une naissance, il n'y a pas de coquille. Pourquoi ? En raison du fait qu'il est apparu plus tôt, si bien que chez lui tout est réglé par la chaleur et non par l'air.

Vous voyez qu'il y une grande différence, encore maintenant, entre les ovipares et les vivipares comme l'être humain et les mammifères supérieurs. Cette grande différence repose sur le fait que l'être humain est bien plus vieux par exemple que les oiseaux qu'il est avant tout bien plus vieux que le minéral. C'est pourquoi il doit être préservé du minéral lorsqu'il est dans le sein de sa mère en ce que ce minéral lui est présenté sous une forme préparée par le corps maternel. Même après la naissance, il faut que ce minéral lui soit apporté sous une forme maternel par l'allaitement ! Tandis que l'oiseau à peine éclos mange déjà les substances extérieures autour de lui, l'homme et les mammifères supérieurs doivent être nourris par des substances préparées par le corps maternel.

Et voici: ce que l'être humain reçoit aujourd'hui par le corps de sa mère, il le recevait autrefois, lors des étapes planétaires antérieures, par l'air, par le milieu ambiant. Tout ce qui entourait l'être humain était alors une sorte de lait. Notre air actuel ne contient que de l'oxygène, de l'azote, très peu de carbone, d'hydrogène et surtout extrêmement peu de soufre. Tout cela s'est envolé. L'atmosphère sur l'ancienne Lune était bien différente. Elle contenait certes de l'oxygène et de l'azote, mais également du soufre, de l'hydrogène et du carbone en grandes proportions. Cela formait comme une bouillie laiteuse tout autour de l'ancienne Lune. Mais l'être humain vit aujourd'hui encore dans une fine bouillie quand il est dans le sein de sa mère ! Ce n'est qu'après la naissance que le lait se retire, dans le corps féminin, dans les seins, mais avant, il est dans toutes les parties autour de l'embryon. Il est remarquable de constater que les processus qui chez la mère se concentrent dans les organes amniotiques avant la naissance se déplacent ensuite dans les organes de la poitrine. C'est ainsi qu'est conservée chez l'être humain une situation provenant de l'ancienne Lune aussi longtemps qu'il est à l'état d'embryon. L'être humain ne devient à vrai dire terrestre qu'au moment de la naissance où l'état lunaire va déclinant encore un certain temps par le processus de l'allaitement.

C'est ainsi qu'il faut expliquer les relations entre l'apparition de la Terre et l'apparition de l'être humain. On ne s'explique pas du tout, sans recourir à la science de l'esprit, pourquoi les oiseaux, à peine éclos de leur oeuf, mangent immédiatement la nourriture qui les entoure et que l'être humain ne sort pas d'un oeuf mais sort du corps maternel et doit de surcroît être allaité encore par celui-ci. Pourquoi ? Parce que l'oiseau est apparu plus tard, c'est un être extérieur. L'être humain est apparu plus tôt, alors que l'état ambiant n'était pas encore aussi dense qu'au moment de l'apparition de l'oiseau. C'est pourquoi l'être humain n'est pas aussi endurci que l'oiseau, qu'il a besoin d'être protégé plus que l'oiseau de l'endurcissement ; il porte en lui encore bien plus que l'oiseau les états de son origine.

Voyez-vous, comme actuellement on ne réfléchit plus à ces choses, on ne comprend plus ce que sont la plante, l'animal et l'être humain sur Terre. Puis est apparu le darwinisme matérialiste qui croit que les animaux étaient là avant l'être humain, lequel serait simplement une évolution des animaux. Il est vrai que, par sa forme extérieure, l'être humain est apparenté aux animaux. Mais il était là avant les animaux et ceux-ci se sont développés après lui alors que les conditions planétaires avaient déjà évolué également. C'est ainsi que nous pouvons dire : les animaux représentent une descendance de ce qui était là avant eux lorsqu'ils étaient encore davantage parents de l'être humain. Mais il ne faut jamais se représenter que l'être humain pourrait sortir des animaux actuel Ce serait une erreur totale.

Regardons maintenant le poisson. L'oiseau est apparu pour l'air. Le poisson est apparu pour l'eau. Les êtres qui avaient la forme d'oiseau ne purent prendre la forme de poisson qu'avec l'apparition de l'eau, c'est-à-dire sur l'ancienne Lune. Ce n'est que sur l'ancienne Lune que certaines formes d'oiseaux prirent la forme de poisson sous les effets de l'eau (fig. d'une espèce de poisson volant ! ndt.). Les poissons sont, dirais-je, des oiseaux liquides, des oiseaux absorbés par l'eau. Les poissons apparaissent donc après les oiseaux avec l'apparition de l'eau sur l'ancienne Lune.

Maintenant vous ne vous étonnerez plus du tout que tous les êtres sur l'ancienne Lune avaient plus ou moins la forme du poisson. Les oiseaux, bien que volant dans les airs, n'étaient en somme que des poissons plus légers. Tout avait l'aspect du poisson sur l'ancienne Lune. Il est intéressant maintenant, Messieurs, de constater, lorsqu'on observe un embryon humain dans le sein de sa mère au vingt-et-unième jour, qu'il a la forme d'un petit poisson ! C'est la forme de l'être humain sur l'ancienne Lune, il la conserve encore jusqu'au vingt-et-unième jour de la grossesse.

Si bien que vous pouvez dire que l'être humain est encore en train d'œuvrer à quitter cette forme lunaire de poisson que l'on peut encore constater à son état embryonnaire dans le sein de sa mère. Partout l'on voit, en observant la planète, qu'elle était autrefois vivante, tout comme on sait que tout cadavre était une fois vivant. Je vous ai décrit comment est apparu le minéral sur Terre, quel était son état antérieur. Tout comme nous voyons en tout cadavre qui ne peut plus bouger les jambes, les mains, ne peut plus ouvrir la bouche, les yeux etc., ce qui indique qu'il a été vivant, de même nous voyons en la Terre ce qui reste d'un organisme autrefois vivant dans lequel déambulent maintenant encore hommes et bêtes.

Mais ce n'est pas fini, Messieurs. Voyez-vous, je vous disais : lorsque la conception est là, il y a, présente, l'ébauche physique d'un organisme humain, et l'embryon prend peu à peu forme. Je vous ai décrit ce qui précédait la conception: c'est tout ce qui se passe dans l'organisme féminin, ce qui est éliminé par les menstrues et qui est également une sécrétion spirituelle. Il y a toujours lors de ce processus, et ce même chez les femmes en très bonne santé, mais alors cela ne se remarque pas, un processus de fièvre, il y a un véritable processus fébrile. Pourquoi cela ? Oui, parce qu'il y a un état calorique, la femme vit alors dans un état calorique. Mais de quel état calorique s'agit-il ?

Il s'agit de l'état calorique qui s'est maintenu depuis le premier état planétaire, depuis l'ancien Saturne, comme je l'ai nommé! L'état de fièvre persiste. Si bien que nous pouvons dire que l'évolution prend son origine à partir d'une sorte d'état de fièvre. La plupart des hommes sont aujourd'hui absolument sans fièvre, ils sont bien secs et sobres. Mais lorsque se réveille intérieurement quelque chose qui engendre un état qui ressemble à de la chaleur, non pas une chaleur extérieure, mais intérieure, on peut également entrer dans une fébrilité

Or il en est bien ainsi, Messieurs : on voit partout comment on peut revenir à des états antérieurs. Ainsi je vous ai décrit aujourd'hui comment se sont développés peu à peu les hommes, les animaux, les plantes et le minéral du fait de la solidification constante des corps célestes sur lesquels ils ont évolué.

Merci de me signaler vos éventuelles remarques en cliquant sur l'îcone ci-dessous.


anti-spam: Remplacer _ par e

Retour page d'accueil.

Cette page a été visitée 5520 fois depuis le 31 juillet 2005.